Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 13:58





Agrandir cette image


Son Excellence Eugène Rougon acceptera-t-elle la comparaison ? son histoire nous rappelle, dans ses intentions, le plus moderne Quai d’Orsay de Christophe Blain –le style zolien plus littéraire et plus noble explosant toute autre tentative de comparaison. L’humour n’y est pas aussi caricatural non plus et pourtant, Emile Zola ne rate pas une occasion de souligner les caractéristiques risibles de ses personnages. Bouffonnerie des malheurs courtois d’Eugène Rougon, bouffonneries des petits jeux de passe-droit auxquels se livrent les petites et grandes gens de la clique politique, bouffonneries des projets législatifs proposés dans l’unique objectif de renouveler une réputation ou d’offrir des opportunités à ses connaissances... Emile Zola ne se montre jamais explicitement critique et pourtant, aucun de ses personnages ne peut susciter notre respect. Eugène aurait pu être l’un des membres les moins dégénérés de la branche des Rougon et il semble d’ailleurs convenable en tout point : respectueux des convenances et nourri d’ambitions respectables ainsi que le sont ses relations politiques, déclinées en une myriade de personnages tous plus insaisissables les uns que les autres à cause de leur goût du travestissement identitaire et politique. Dominant cette foule de petits parvenus se dresse l’empereur Napoléon III. Pas plus brillant que les autres personnages, Emile Zola n’hésite pas à le destituer de son piédestal pour le faire paraître aussi malléable et soumis aux aléas de sa vie intérieure que les autres personnages.


Pour écrire ce roman, Emile Zola s’est activement documenté. Comme le fera plus tard le témoin mystérieux du Quai d’Orsay, il tire ses informations des sources les plus directes possibles, n’hésitant pas à faire appel à des connaissances mieux placées que lui –Gustave Flaubert en tête- pour connaître l’organisation des évènements les plus intimes de la vie politique du Second Empire. Aucune supercherie n’est négligée : élections truquées, propagande, poids des relations et des ambitions personnelles conditionnent cette vie politique si majestueuse d’apparence. L’homme littéraire s’étant infiltré dans la politique, au moment de l’écriture, Emile Zola donnera en retour une grande place à la littérature dans le monde politique, non pas en tant qu’objet d’émancipation intellectuelle mais en tant qu’objet de frayeur capable de remettre en cause tous les acquis individuels chèrement obtenus au prix de maintes dissimulations pseudo-politiques. « Les romans sont surtout un aliment empoisonné servi aux curiosités malsaines de la foule » -et Emile Zola, en tant que romancier, semble inscrire discrètement la position intellectuelle qui est la sienne dans cet univers longuement déchiffré.


Contrairement aux précédents épisodes de la série, Son Excellence Eugène Rougon ne se distingue par aucune excentricité particulière d’un de ses personnages. Tous semblent atteints d’une même frénésie d’ambitions personnelles aussi médiocres qu’inavouées, parcelles contradictoires d’un cerveau qui serait le Second Empire en lui-même. Emile Zola écrivait :


« Mon roman [sera] […] une large page sociale et humaine. J’éviterai un dénouement terrible. Le livre ne se dénouera pas par un drame. Il s’arrêtera quand j’aurais fini. Mais il pourrait continuer encore […]. Plus de souplesse encore que dans les autres. Je chercherai moins que jamais à raconter une histoire. J’étalerai une simple peinture de caractères et de faits. »


Il sera effectivement difficile de trouver une intrigue à ce roman si ce ne sont le rappel d’évènements politiques frappants tels que la mise en place de la loi de Sureté ou l’attentat raté du 14 janvier 1858 :


« Le lendemain soir, trois bombes éclataient sous la voiture de l’empereur, devant l’Opéra. Une épouvantable panique s’emparait de la foule entassée dans la rue Le Peletier. Plus de cinquante personnes étaient frappées. Une femme en robe de soie bleue, tuée roide, barrait le ruisseau. Deux soldats agonisaient sur le pavé. Un aide de camp, blessé à la nuque, laissait derrière lui des gouttes de sang. Et, sous la lueur crue du gaz, au milieu de la fumée, l’empereur descendu sain et sauf de la voiture criblée de projectiles, saluait. Son chapeau seul était troué d’un éclat de bombe. »


Petite parenthèse dans la succession de romans ouvertement monstrueux et grandiloquents, Son Excellence Eugène Rougon semble surtout vouloir dresser le portrait d’une époque nourrie de rêves médiocres et égoïstes. Dans les basses comme dans les hautes sphères, rares sont les hommes que la plume d’Emile Zola n’écorche pas.



Agrandir cette image





Une référence voilée à Madame Bovary ?



*peinture de Thomas Couture, Le Baptême du Prince impérial, le 14 juin 1856

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires