Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 13:50



Yo man ! L’expression n’est pas prononcée une seule fois mais en ces années 90, on sent émerger l’influence du rap. Les parents deviennent des « biomanes » et même les verbes n’échappent pas à ce sort : Agrippine serait-elle un peu énervée ? « Ca va passemane »… Ce sont aussi les années qui laissent émerger le paternalisme bien intentionné de la République et qui soufflent discrètement, entre deux publicités à la télévision, sur les affiches ou dans les pages des magazines, que les cigarettes sont des « Nuigrave » et que l’alcool est un « Abus dangereux à consommer avec modération ». Depuis le volume précédent de ses aventures, le langage d’Agrippine a sensiblement évolué pour intégrer ces nouveaux termes. Une manière de s’inclure comme une autre… sauf que la définition même de l’inclusion a changé.


Agrippine, en grande conversation avec un inclus de naissance aussi pur qu’elle, désespère de ses origines affligeantes à force d’être lisses. Ses parents sont nés en Maine-et-Loire, ils ne sont même pas divorcés et ils n’ont jamais été au chômage… Ce qui aurait été les conditions d’insertion idéales d’un jeune individu au cours de la décennie précédente ne vaut désormais plus rien et si, en ces temps de chamboulement des valeurs, il reste toutefois une assurance certaine, c’est bien celle-ci : l’inclusion par éjection du système. Les vrais intégrés de cette décennie, ce sont ceux qui se détournent des valeurs de réussite traditionnelle. Ils créent un réseau dont la force s’explique par l’explosion récente des systèmes de communication : même les profs s’y mettent.




Dans ce contexte changeant, Agrippine trouve du réconfort auprès de sa grand-mère. La sagesse de la vieillesse lui apporte toutefois quelques surprises… Même les vieux veulent être des inclus, et lorsque l’ancêtre du Jurassique répond au fœtus : « C’est toi qui es saute-au-zob ! », on comprend que ce n’est pas en renouant avec les origines qu’Agrippine parviendra à débroussailler la jungle de son avenir.


Du très bon et du moins bon se côtoient dans cet album. Mis à part quelques nouveautés de fond, Agrippine reste fidèle à elle-même et inscrit ce quatrième volume dans la continuité logique et cohérente de ses aventures. Une manière, encore, de s’exclure par abus de conventionnel ?


Citation:
- On ne peut pas s’en sortir les jeunes… On a le tamis complètement bouché.
- Moi de toutes façons je me suicide à 30 ans. Maxi.
- On n’aura même pas d’héritage, nos biomanes vont vivre jusqu’à 120 ans avec des Alzheimer d’acier.
- Peut-être qu’en mettant tous nos RMI ensemble on peut se louer un partouze-terrasse.




Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires