Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 09:31





Agrandir cette image



Sur la couverture du livre se déploie, sur un fond noir permettant de mieux mettre en avant la couleur des chairs à vif, une « Femme vue de dos, disséquée de la nuque au sacrum ». Certains petits malins l’appellent aussi « L’Ange anatomique ». Il fallait bien André Breton pour trouver une telle dénomination mais d’autres « poètes » du langage, enthousiasmés par la redécouverte de certains procédés picturaux de la Renaissance, se sont aussi laissés porter par leur verve. Ainsi Jacques Prévert décrivit-il ce morceau de chair palpitante : « Une jolie jeune femme aux épaules nues ou plutôt dénudées avec la peau rabattue de chaque côté… Horreur et splendeur viscérale ».


En 1996, à Paris et à Lausanne, L’anatomie de la couleur est une exposition qui retrace l’évolution des procédés permettant de coloriser les estampes. Si, pour attirer le chaland, le titre et la couverture nous laissent penser qu’il sera uniquement question de dissections, le contenu du catalogue est en réalité plus nuancé. Avant de manier le scalpel et le bistouri, les inventeurs de l’estampe coloriée ont aussi représenté des scènes plus classiques. Paysages, scènes mythologiques, portraits officiels ou religieux permettent de réaliser les premiers essais de colorisation.


Le catalogue se présente comme un livre de vulgarisation à part entière. Découpé en plusieurs chapitres denses, il retrace d’abord un historique général de l’estampe et de ses premiers procédés de colorisation avant de se concentrer sur quelques grands noms tels que Jean L’Admiral ou Gautier-Dagoty. Malgré la volonté de rendre l’invention de l’estampe en couleurs, simple et compréhensible, le discours ne sera pas accessible par le commun des mortels. Des prérequis sont nécessaires pour comprendre les subtilités caractérisant les différents âges la technique.


Restent les estampes qui parlent d'elles-mêmes de l’évolution et du perfectionnement de la technique. Approchant de la Renaissance et de son florilège de découvertes anatomiques, les écorchés vifs se multiplient. Qu’ils se nomment « tronc vu de face, disséqué », « Intestins, planche anatomique » ou « squelette avec le cœur en position », ils nous permettent de comprendre la pensée qui relie émulation artistique et médicale. Reste à savoir quel domaine a le plus influencé l’autre. La médecine aurait-elle d'abord été une imagination macabre se nourrissant des détails les plus morbides ? On le croirait presque...


Qu'est-ce qu'une estampe ? a écrit:
Une estampe est une image multipliable à l’identique à partir d’un élément d’impression, ou matrice, tel qu’une planche de bois ou une plaque de métal gravée, qui, encrée, transfère lors de son passage sous une presse, sa charge d’encre sur une feuille de papier ou tout autre support offrant la même souplesse.




Agrandir cette image

William Hogarth, Mary Toft et ci-dessous, l'histoire qui lui est liée :



Citation:
Une sage-femme des environs de Londres, mécontente de ce qu’un jeune médecin, qui était venu s’installer dans la même localité qu’elle, lui enlevait à peu près toutes ses clientes, résolut de se débarrasser du nouveau venu par un subterfuge. Cette matrone [connue sous le nom de Mary Toft] avait une fille sans doute aussi rusée qu’elle, à laquelle elle enseigna de simuler un accouchement en montrant, comme en étant le fruit, un lapin vivant préalablement dissimulé avec adresse sous son vêtement.



Agrandir cette image

Charles-Nicolas Jenty, Femme enceinte



Agrandir cette image

Jacques-Fabien Gautier, Buste disséqué de face, la tête tournée à droite



Agrandir cette image

Jacques-Fabien Gautier, Femme de dos, disséquée de la nuque au sacrum



Citation:
Dans cette série de planches [Observations], la maladresse du report et les défauts de l’encrage font surgir d’étranges fleurs, à la fois précieuses et repoussantes qui ont séduit la sensibilité des surréalistes, qu’une simple description de la nature aurait rebutés. Désormais [Jacques-Fabien] Gautier interprète le corps humain à sa manière, plus en visionnaire qu’en philosophe, fasciné par des accords chromatiques rares et des situations ou le macabre se mêle au délicat, l’horreur au sourire.




Agrandir cette image

Jan l'Admiral, Coeur humain, planche anatomique



Agrandir cette image

Jan l'Admiral, Intestins, planche anatomique



Agrandir cette image

Jan l'Admiral, L'os innominé



Agrandir cette image

Pierre-François Tardieu, Anatomie d'un petit garçon

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires