Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 11:14



Dans la famille maudite, je voudrais les descendants du roi de Thèbes. On connaît tous le mythe d’Œdipe (merci Freud) mais Ismène nous le rappelle d’entrée de jeu pour rafraîchir les mémoires frivoles : « Notre père est mort réprouvé, déshonoré ; lorsqu’il s’est lui-même découvert criminel, il s’est arraché les yeux et sa femme, qui était sa mère, s’est pendue ». On ne rigole pas tous les jours avec Sophocle, surtout lorsque la malédiction semble ne jamais devoir prendre fin : « Et voici nos deux frères qui se sont entre-tués, ne partageant entre eux que la mort, les infortunés ! »




Antigone et Ismène ne sont même pas autorisées à rendre hommage à leur frère Polynice en lui accordant une cérémonie funéraire digne de ce nom. Au même moment, en effet, le roi Créon pose un décret interdisant de célébrer cet ennemi de la cité. Ismène et Antigone sont d’accord pour reconnaître que cet édit est une absurdité prétentieuse et arrogante ; toutefois Ismène s’y soumet dans les actes tandis qu’Antigone refuse d’obéir et rejette sa sœur, qu’elle considère comme une traîtresse. Créon est au service absolu des vivants contre la dignité des morts ; Antigone est totalement dévouée à ses morts contre les vivants.

L’affrontement entre ces deux volontés contradictoires paraît inéquitable, mais de nombreux personnages vont s’interposer entre Antigone et Créon pour tenter de les raisonner et de les encourager à faire preuve d’un peu plus de flexibilité. C’est surtout auprès du roi que les personnalités se succèdent : d’abord le Garde, puis Hémon, le fils de Créon, qui doit épouser Antigone, et enfin Tirésias le devin. Rien n’y fait. Créon ne flanche pas, persuadé d’avoir raison envers et contre tous, plein d’une confiance aveugle et dévouée au régime politique qu’il a mis en place pour « le bien public ». Créon fait placer Antigone et Ismène en réclusion avant de les condamner au sort fatal qui leur échoie.

L’outrage causé aux morts est grand mais une faute plus terrible encore est commise lorsque Créon refuse de croire aux mauvais présages divins adressés à Tirésias. Trop pragmatique et fier pour croire aux signes, Créon écopera du sort qu’il mérite. Encore une fois, comme dans Ajax, ce n’est que lorsque les instincts pécheurs commencent timidement à se remettre en question que la punition s’abat sur eux. La malédiction se perpétue…


Antigone est une pièce subtile qui présente des personnages nuancés, aussi divers et changeants que la multitude des relations existant entre un mort et un vivant. Aux deux extrémités du spectre, on trouve Antigone et Créon. Entre eux se succèdent Ismène, qui obéit aux lois de la cité sans renier pour autant son rapport aux morts et aux dieux ; le Coryphée, aussi versatile qu’il est dénué de jugement ; Hémon, qui respecte son père et qui exige que, par respect réciproque pour son fils, celui-ci tienne compte de son avis ; le Garde qui préfère l’obéissance divine à l’obéissance terrestre mais qui préfère avant tout sa vie à n’importe quelle autre valeur ; enfin Tirésias qui se fait l’intermédiaire censé entre Dieu et le pouvoir terrestre. Sophocle permet ainsi de lancer une réflexion mouvante sur le pouvoir politique, l’obéissance, la constance et la priorité des valeurs sur lesquelles se fondent un gouvernement et un individu. Réflexion qui ne cesse d’évoluer au cours de cette –pourtant- courte pièce car Sophocle, en passant d’un personnage à un autre, se fond avec leurs convictions et nous surprend en nous donnant l’impression de ne donner foi qu’à un seul d’entre eux, avant de faire preuve de tout autant de véhémence à défendre les convictions d’un autre. Si la morale d’Antigone n’a rien de surprenant dans sa sagesse, la façon dont Sophocle nous y fait parvenir est tumultueuse et ne cesse de capter l’entière attention de son lecteur. Agile mélange entre réflexion et sentiment, cette question de la définition politique aurait-elle pu être mieux résumée que par le désespoir de Crédon ? « Hélas ! hélas ! ô dure épreuve d’être un homme ! » C’est peut-être cette dernière dimension de l’émotion, qui manque aux réflexions politiques plus récentes, qui fait la richesse d’Antigone.


Citation:
« CREON. – […] Quiconque assume la direction d’un Etat, s’il a d’autres soucis que le bien public et se laisse clouer la langue par je ne sais quelle timidité, je dis –et je l’ai toujours dit- que c’est le pire des lâches. Et quiconque préfère à sa patrie un être cher est pour moi comme s’il n’était pas. Que Zeus le sache, qui lit dans les cœurs : je ne suis pas homme à me taire quand je vois l’égarement d’un seul mettre en péril le sort de tous. Jamais je n’aurai pour ami l’ennemi public. J’ai conscience que le salut de la patrie est le salut de chacun et qu’il n’y a pas d’amitié qui tienne dans une patrie en détresse. »


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires