Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 22:45


Quand j’ai bien faim et que je mange,
Et que j’ai bien de quoi choisir,
Je ressens autant de plaisir
Qu’à gratter ce qui me démange.
Cher ami, tu m’y fais songer,
Chacun fait des chansons à boire,
Et moi, qui n’ai plus rien de bon que la mâchoire,
Je n’en veux faire qu’à manger.

Quand on se gorge d’un potage,
Succulent comme un consommé,
Si notre corps en est charmé
Notre âme l’est bien davantage ;
Et Satan, le fameux glouton,
Pour tromper la femme première,
N’alla pas lui montrer du vin ou de la bière,
Mais de quoi branler le menton.

Quatre fois l’homme de courage
En un jour peut manger son saoul ;
Mais le trop boire fait un fou
De la personne la plus sage.
Que l’on vide mille tonneaux,
On n’a bu que la même chose,
Au lieu qu’en un repas on peut doubler la dose
De mille différents morceaux.

Quel plaisir lorsqu’avec furie,
Après la bisque et le rôti,
Un entremets bien assorti
Vient réveiller la mangerie !
Quand tu mords dans un bon melon,
Trouves-tu liqueur qui le vaille ?
Ô mon très cher ami, je suis pour la mangeaille ;
Il n’est rien de tel qu’un glouton.


Scarron






Les jeunes piaillent comme chantent les vieux, Jacob Jordaens

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Citation
commenter cet article

commentaires