Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:24




Chi n’est pas vraiment un chat. Les éléments qui nous le prouvent sont les suivants :
• Chi se laisse photographier avec toute la nonchalance photogénique des plus grands acteurs. Le flash ne l’éblouit même pas.
• Chi est un être supérieur pour qui le bonheur de ses maîtres passe avant toute chose. si Noiraud s’éclate à bouffer des lézards, Chi pense au bonheur qu’elle aurait à leur faire cadeau d’une telle proie.
• Chi ne sort jamais ses griffes sauf pour se coincer misérablement dans un rideau.
• Chi est un animal philosophique. Partant de l’observation de canards en plastique et de la Lune, elle en déduit que l’absence de Noiraud ne signifie pas qu’il a disparu mais qu’il est simplement loin d’elle. Rationnellement, Chi est rassurée par ce constat et retourne joyeusement se rouler dans une feuille de papier journal.



Plutôt que de les pousser à s’interroger sur l’identité véritable de Chi, ses maîtres encouragent ses comportements douteux. D’ailleurs, si Chi n’est pas vraiment un chat, ses maîtres, eux, ne sont pas vraiment des êtres humains :
• Ils ont acheté un appareil photo dont l’utilisation est entièrement et uniquement dédiée à Chi.
• Ils n’arrivent pas à communiquer entre eux plus de trente secondes si Chi vient se trémousser sous leurs yeux en zozotant.
• Lorsque Chi déchire les beaux rideaux de l’appartement, ils ne trouvent rien de mieux à faire que de la comparer tendrement à une mouche prise au piège d’une toile d’araignée. Le lecteur ne connaîtra pas l’avenir dudit rideau déchiqueté.
• Ils n’arrivent pas à se faire à l’idée que la propriétaire de l’immeuble leur demande de se débarrasser de Chi. Sombrant dans une profonde dépression qui annihile toute activité sociale et professionnelle, ils se décident finalement à quitter leur appartement pour s’installer dans une résidence où les animaux sont acceptés. A quel prix ? Nous ne le saurons jamais.



On se demande qui de Chi ou de ses maîtres mérite le plus la camisole de force. Si cela ne tenait qu’à nous, on les enfermerait tous. Mais il semblerait que Konami Kanata ait décidé de les laisser en liberté… Le prochain tome risque d’être encore plus effrayant que celui-ci…

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires

kifud 02/03/2012 18:51

chi semble bien sympathique et peut être devrions nous avoir parfois la même tolérance que ses maîtres .. un joli commentaire pour ce livre que je ne connais pas ..kifud