Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 15:40




« Les enfants étaient épuisés », remarque la maman à l’issue du déménagement de la famille. Remarque très pertinente. Un peu moins lorsqu’on regarde l’image et qu’on constate que les « enfants » en questions sont représentés par son fils et … Chi. Tout naturellement donc, du tome 3 au tome 4, Chi a acquis un statut au moins égal à celui du petit garçon. Quelques mois de présence dans la famille, et la voici devenue l’égale du fiston.

« Tout le monde est épuisé, même le chat ! », s’exclamera une nouvelle fois la maman, quelques pages plus loin. Remarque anodine, mais dont l’analyse profonde nous révèle la vérité suivante : si même Chi, animal surpuissant, Dieu félin parmi les Dieux, éprouve une tendance à la faiblesse, alors, que doit-il en être du commun des mortels ?

Attention, Chi prend la grosse tête. Pourtant toujours engoncée dans son corps minuscule, grise comme une petite souris, elle n’hésite pas à brandir ses griffes sur papa lorsque celui-ci désire s’amuser avec elle autour de son nouveau griffoir. Papa, gentil petit père, crie : « aïïïe » tandis que maman constate : « Oh là là… […] Il va falloir lui couper les griffes ». Et toute la famille se retrouve à faire des chatouilles aux coussinets de Chi. Vie terrible, ô, punition cruelle !





Heureusement, maman, la cruche de service, a encore une bonne idée : « Je me suis dit qu’on pourrait mettre sa gamelle sur la table… » Et la dernière chaise que les membres de la famille n’avaient pas encore investie se trouve à présent occupée par Maître Chi, Reine aux grandes oreilles, amatrice de sushis, crevettes, pousses de soja et wasabi qu’elle déguste en compagnie de ses sujets.





Les épisodes s’alignent et avec leur succession, nous nous précipitons dans les abysses d’un univers voué à la vénération de Chi. Alors que l’animal occupait seulement le rôle de curiosité dans le premier épisode, il relègue à présent le reste de la famille dans les coulisses de leur foyer. Mademoiselle Chi ne mérite pas tant d’hommages. Ses péripéties tournent en rond dans cet épisode et tombent dans un comique de répétition qui semble ne jamais devoir se conclure. A cette partie interminable de cache-cache qui s’étend sur plusieurs chapitres, on aurait aimé que Chi ne soit jamais retrouvée par papa-maman et qu’elle disparaisse dans les tréfonds du placard qui la dissimulait…

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires