Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 14:52



Ce n’est pas que l’histoire tourne en rond, mais tout de même, les surprises vont s’amenuisant… Ou comment le début de lassitude du lecteur est confirmé par les remarques désobligeantes que l’auteure fait tenir aux deux représentants de la Raison (Papa et Maman) lorsqu’ils parlent de Chi : « Pourquoi elle ne comprend pas ? Elle n’a vraiment rien dans la tête ». Ceci dit, les parents non plus ne sont pas des flèches, qui assimilent sans cesse ce petit chaton débile à n’importe quel enfant de bas âge –allant même parfois jusqu’à le confondre avec leur propre fils. Enfin, faisons preuve d’un peu d’indulgence : il faut bien reconnaître qu’ils arrivent parfois à établir une différence entre leur enfant et leur chat, osant courageusement avancer : « Chi et Yohei agissaient de la même façon ? Mais enfin, un chat et un humain… Ca devait être dû au hasard ». Aaaah, oui, en effet !



Mais laissons-là ces pauvres maîtres esclaves de leur chat et suivons Chi, partie à la découverte du monde sauvage du parc de jeux. C’est ici que se situe l’essentiel des rebondissements du 5e tome –un peu d’action, diantre ! Nous suivons donc l’animal à travers sa découverte des toboggans, des insectes et du sens de l’orientation. Tout s’enchaîne, d’un tome à un autre, avec une limpidité presque mécanique, qui finirait presque par rendre effrayante cette innocente histoire de petit chaton qui ne grandit jamais. A l’emménagement du tome 4 succède la légitimité de la possession de Chi dans un appartement, ce qui lui donne la possibilité de faire ses premiers pas dans la rue. Chi y rencontrera un chat qui tient à lui faire rencontrer sa mère maternelle, évènement que l’on réservera au tome 6 de la série, cela semble évident…




Peut-être est-ce pour corser un peu l’intérêt des péripéties que Chi devient de plus en plus crétine au fil des épisodes ? On comprend l’objectif de cette dégradation… Cela permet à l’intrigue de s’étirer en longueur et de légitimer le fait qu’un chapitre entier puisse être consacré à la découverte du fonctionnement d’une chatière. C’est la rançon du succès ! Ca rend rarement brillant... Pauvre Chi… Mais la fin est proche ! Jusque-là, accroche-toi pour ne pas perdre totalement le ciboulot.


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires