Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 19:12
Conquistador – Tome 1 (2012) de Dufaux & Xavier





Cette histoire de conquistadores me laisse perplexe et son existence ne me semble absolument pas nécessaire. Peu de choses à dire, un peu plus seulement à montrer… Dans ce cas, il aurait peut-être été plus honnête et valorisant de se contenter d’un album constitué uniquement de dessins.




Philippe Xavier a voulu travailler de manière traditionnelle et ne pensait certainement pas pouvoir vendre ses dessins s’il ne les accompagnait pas d’un minimum de trame scénaristique. C’est à ce moment-là qu’apparaît Jean Dufaux et son histoire de Conquistador, apte à abrutir n’importe quel lecteur par la force de sa répétitivité. Cette histoire de méchants européens qui viennent squatter les territoires incas pour s’accaparer tout l’or et les trésors des temples, ne me dites pas que vous ne l’avez jamais lue, jamais vue, jamais entendue ! Vous la connaissez déjà par cœur… Et vous appreniez, à l’issue de ces récits dignes des plus grossiers fabliaux, qu’il était mal –très mal- de vouloir dérober les richesses non monnayables des peuples sauvages. Encore une fois, Jean Dufaux nous assène cette morale sans oublier d’incorporer tous les éléments dramatiques qui donneront à l’histoire un semblant de rebondissements. Ici aussi, rien que du classique : des empoisonnements, des adultères, des tromperies, des affrontements… le lectorat est clairement ciblé : bourré de testostérones, on lui sert des personnages à la musculature bien développée (sauf s’il a un cerveau) et des femmes en petites tenues affriolantes (sauf lorsqu’elle jure et qu’elle se bat comme un homme).




Alors, certes, l’immersion en territoire inca n’est pas désagréable et permet à Philippe Xavier de se perdre en jungles luxuriantes et en temples resplendissants, mais quelle barbe de devoir se taper l’histoire qui va autour… Dans un déclamatoire faussement anticapitaliste clamant qu’il est mal de piller et de détruire les civilisations exemptes de vénalité, Philippe Xavier et Jean Dufaux agissent exactement à l’inverse de la morale qu’ils revendiquent -à considérer que le neuvième art est encore un territoire exempt préservé dont ils seraient les conquistadores affamés.


Citation:
Des empires peuvent disparaître tandis que montent la bassesse et la corruption. Ainsi va notre monde. Mais tant que je suis en vie, je combattrai la vilenie, l’injustice et l’irrespect envers nos Dieux.



! affraid

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires