Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 09:33



Résumé :

Citation:

Dans une file d'attente, un petit bonhomme attend patiemment son tour. Au moment de décliner son identité, il se présente sous le nom de "Dieu". Il n'a pas de domicile, pas de papiers, ni de numéro de sécurité sociale. L'irruption de cette énigme métaphysique "en personne" déclenche un phénomène médiatique majeur... Un procès géant est bientôt organisé contre ce "Coupable Universel".



« En créant l’homme, Dieu a quelque peu surestimé ses capacités. »

Oscar Wilde

« En créant Dieu, l’homme a quelque peu sous-estimé les siennes. »

Anonyme

Cet ouvrage, récompensé par le « Grand Prix 2010 de la Critique Bande dessinée », ressemble à s’y méprendre à un condensé historique teinté de philosophie et de sciences physiques divisé en trois grandes parties (Dieu DIEU, Le procès, Epilogue) et en plusieurs sous-parties. Pour résumer, nous assistons en quelques 150 pages à l’annonce de l’arrivée de Dieu sur Terre, à sa gloire puis à sa disparition.
Aucune indication de temps ni de lieu dans cet ouvrage : le temps, c’est tout le temps, le lieu, c’est partout. Aucun lieu extérieur n’est vraiment décelable, la plupart des scènes se déroulant principalement dans des intérieurs, et l’époque, si elle est plutôt contemporaine, pourrait aussi très bien définir un futur proche ou lointain, fonction de la vitesse d’évolution des progrès technologiques.

Dieu en personne est une bande dessinée jubilatoire dans le sens où, d’un point de vue plutôt érudit, elle mêle une somme de pensées variées sur le sujet du héros de notre histoire : Dieu.
On retrouve de nombreux propos philosophiques issus de Voltaire, d’Einstein, de Gustave Flaubert, de Jules Renard et bien d’autres, ainsi que les conséquences scientifiques que la découverte ou l’apparition de Dieu provoqueraient sur Terre. Identifié comme un phénomène de consommation de masse, universel et intemporel, Dieu trouve sa déclinaison dans divers ouvrages, émissions télévisées, parcs de jeux à thème et pièces de théâtre tout au long de cet ouvrage (qui n’échappe d’ailleurs pas à la règle).

Ici, difficile de s’attacher à un quelconque personnage, pas même à Dieu qui ne cesse de changer de visage au cours des chapitres. Cette bande dessinée s’adresse au cerveau du lecteur, et certainement pas à son cœur ou à ses sentiments.
Tout y est prétexte à joute verbale entre les détracteurs et les défenseurs de Dieu, entre Dieu lui-même et H-1, l’ordinateur le plus puissant du monde. Certainement pas non plus condensé de toutes les idées qui ont pu être émises à ce sujet, l’ouvrage proposera pourtant une fin judicieuse et assez intelligente…

Quelques planches issues de cet album :

Dieu s’annonce à l’humanité…



« Quand il a finalement fallu admettre qu’il s’agissait bien de Dieu en personne… à compter du moment où tout le monde ne pouvait plus douter que c’était bien lui… alors… alors à ce moment-là, il y a eu une courte période de grand calme… quelques jours de stupeur totale… comme si la cité entière subissait une disjonction métaphysique… puis tout est reparti… comme si de rien n’était. Mais dans les esprits avait germé quelque chose de nouveau et d’indicible… et personne, en ces instants, n’aurait pu dire si ce quelque chose était en plus ou en moins. »

Dieu recevrait-il des ordres ?



« - Dites ce qui vous passe par la tête… Dites ce que vous pensez, là, maintenant !
- D’où avez-vous l’idée que la pensée passe par la tête ? Je ne sais pas par où ça pense.
- Vous voyez, ça vient… Là, vous ne savez pas !
- L’idée que vous pensiez avec la tête est une illusion.
- Comme tout le reste, comme tout le monde ?
- Vous pensez entre les bords, entre les mots… vous ne pensez pas avec votre tête.
- Ca pense tout seul… »


Dieu en bande dessinée…



Le choix de la typographie de Dieu…



« Ecoutez, Dieu : vous constituez une ressource de sens inépuisable… vous êtes une force de proposition éthique… vous êtes leader dans le domaine du questionnement existentiel… c’est clair. Mais votre message manque de lisibilité. Vous êtes trop mystérieux. Notez bien que le mystère n’est pas inintéressant dans votre cas… à condition de ne pas paraître trop lointain, car cela pourrait nuire à votre image, et à votre procès… Ce n’est pas le tout d’exister. Il faut com-mu-ni-quer. »


Casting des meilleurs implorants…



De l’art de Dieu !



« Ca s’arrêtera ! Et c’est ce qui vous fait courir. »


Et parmi les meilleures phrases de nos intellectuels célèbres :

« S’il y avait ici-bas ne serait-ce qu’un seul homme libre –un seul ! Alors Dieu n’aurait plus besoin d’exister. »

Abbé Galiani

« Dieu est un comédien qui joue devant un public trop effrayé pour rire. »

Voltaire

« Si Dieu avait une volonté, un but, s’il agissait pour une cause, c’est qu’il aurait un besoin, c’est qu’il manquerait de perfection : il ne serait pas Dieu. »

Gustave Flaubert

« En un seul point la puissance de Dieu est en défaut : il ne peut pas faire que ce qui a été réalisé ne le soit pas. »

René Descartes

Partager cet article

Repost0

commentaires