Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 13:21



En attendant Godot moi aussi depuis que je suis née, j’ai eu le temps de relire une demie douzaine de fois cette pièce de théâtre parmi les plus connues de Samuel Beckett. Godot ne vient jamais, ou peut-être vient-il sans qu’on ne le reconnaisse, et le miracle du temps aidant, chaque fois m’a donné l’impression de lire une pièce différente.


Lors de la première lecture, En attendant Godot stupéfie en même temps qu’il réconforte et procure le même effet que lorsque l’on rencontre une nouvelle personne avec qui des affinités immédiates se créent. Samuel Beckett est surtout connu pour avoir contribué au théâtre de l’absurde, mais il est trop peu reconnu pour ses qualités d’observateur psychologique. La scène vide sur laquelle ses personnages aux noms fantasques brassent de l’air –vide si l’on excepte un saule pleureur- peut tout aussi bien représenter le monde désenchanté qu’une scène expérimentale sur laquelle des êtres humains auraient été placés, sous l’œil démiurge d’un Godot qui souhaiterait observer l’évolution des interactions entre les deux membres du couple Vladimir-Estragon. Couple asexuel quoique voué à l’amour et au désir par ennui, perturbé par l’intrusion d’éléments extérieurs qui semblent n’avoir d’autre but que de renouveler la nature d’interactions qui, sans cela, auraient rapidement trouvé leurs limites. Épisodiquement se présentent donc Pozzo et son « chien » Lucky, ainsi que le petit garçon, messager d’un Godot qui se fait désirer…



Alors certes, Samuel Beckett nous donne à voir des personnages qui tournent en rond sur une scène constituée de très peu d’éléments avec lesquels interagir, et on pense que cela risque d’être inintéressant… mais ce serait faire preuve de bien peu de recul porté sur soi-même que d’imaginer cela. Car qui sont Vladimir et Estragon, sinon le reflet de notre ennui pris au piège d’un autre ? Si cette pièce de théâtre nous donne l’impression d’avoir trouvé en Samuel Beckett un décrypteur fidèle de nos âmes, voire un sage à qui l’on aimerait confier les misères de notre condition, c’est parce que le comportement de Vladimir et d’Estragon cesse d’être celui de simples personnages de théâtre ; ils sont à notre image –à moins que nous ne soyons à la leur-, ce qui implique que Samuel Beckett est également à notre image –à moins que nous ne soyons à la sienne. Vladimir et Estragon représentent l’ennui qui cherche à se dissiper en recourant à l’autre ; la méchanceté gratuite lorsque même le recours à l’autre ne suffit plus ; la vanité lorsque tous les recours ont été utilisés ; l’absurdité lorsque ces étapes ont été franchies dans la plus parfaite inconscience.



En attendant Godot est une pièce délicieuse à voir mais plus encore à lire. Les subtilités de la description psychologique de ces personnages qui s’ennuient se découvrent dans les didascalies, dans les silences, dans le recours cyclique aux mêmes thèmes. La lecture permet à chacun d’adapter les propos à son propre rythme de l’absurde –lenteur à l’image d’un temps si long qu’on n’arrive plus à combler ; rythme indifférent du personnage résigné à la monotonie ; rapidité fébrile qui cherche à masquer l’absurdité.


Samuel Beckett livre une vision pessimiste de l’humanité. Il ne donne aucun espoir, mais peut-on le lui reprocher ? Personne ne peut lui imposer d’être un recours galvanisant de nos âmes. Peut-être existe-t-il un au-delà d’Estragon et de Vladimir mais parce que Samuel Beckett n’en parle pas, nous devrions réduire sa pièce à une vision désenchantée du monde ? A condition de s’admettre soi-même voué à l’ennui et à l’absurdité, il sera impossible de ne pas se reconnaître dans les personnages de Vladimir et d’Estragon. Qui n’aura jamais été, semblables à eux, dans la condition de recourir au bavardage insignifiant avec un autre inintéressant pour se passer le temps ? qui n’aura jamais eu l’impression de se renier soi-même en commettant des actes contraires à ses valeurs ou à ses intérêts pour meubler le vide ? qui n’aura jamais été surpris par soi-même, se découvrant des réactions et des propos qui n’auront été, en fait, provoquées par rien d’autre que l’attente d’un évènement significatif qui ne vient pas ? qui n’aura jamais déversé son fiel sur l’autre fidèle par simple désamour de soi ? D’un coup, Samuel Beckett réduit l’amitié, l’amour et même la haine à néant, comme simples manifestations d’un ennui prenant des formes différentes en fonction de ses degrés d’évolution.


Pour finir, Samuel Beckett nous place dans la même situation que ses personnages, incapables de s’exprimer exactement :


« VLADIMIR. – Je ne comprends pas.
ESTRAGON. – Mais réfléchis un peu, voyons.
Vladimir réfléchit.
VLADIMIR (finalement). – Je ne comprends pas.
ESTRAGON. – Je vais t’expliquer. (Il réfléchit.) La branche… la branche… (Avec colère.) Mais essaie donc de comprendre !
VLADIMIR. – Je ne compte plus que sur toi.
ESTRAGON (avec effort). – Gogo léger –branche pas casser –Gogo mort. Didi lourd –branche casser – Didi seul. (Un temps.) Tandis que… (Il cherche l’expression juste.) »



Voilà pourquoi En attendant Godot subjugue autant : toute la condition humaine est représentée dans cette scène et culmine dans le personnage d’Estragon. On peut s’arrêter là, se décourager, et accepter un silence et un ennui qui ne cherchent plus à se déguiser. On peut également chercher à dépasser cette condition au prix d’une forte abnégation et d’une volonté tenace car, après avoir été frappé par la pertinence de cette pièce, il sera difficile de ne plus voir l’ennui et l’absurdité qui attendent, larvés sous nos actes fébriles. On peut également passer de l’un à l’autre de ses comportements : ainsi moi-même qui, concédant à Samuel Beckett la lucidité de sa vision, m’efforce toutefois de lui faire du tort en chassant l’ennui et en croyant produire un effort significatif par l’écriture de ce commentaire.



Agrandir cette image

On dirait une Orange Mécanique...




Citation:
VLADIMIR. – Vous voulez vous en débarrasser
POZZO. – Vous dites ?
VLADIMIR. – Vous voulez vous en débarrasser ?
POZZO. – En effet. Mais au lieu de le chasser, comme j’aurais pu, je veux dire au lieu de le mettre tout simplement à la porte, à coups de pied dans le cul, je l’emmène, telle est ma bonté, au marché de Saint-Sauveur, où je compte bien en tirer quelque chose. A vrai dire, chasser de tels êtres, ce n’est pas possible. Pour bien faire, il faudrait les tuer.
Lucky pleure.


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

Dominique 18/07/2013 14:03

hélas une des pièces de Beckett que je n'ai jamais vu au théâtre, je garde un souvenir extraordinaire de Michel Bouquet et Rufus dans Fin de partie ainsi qu'une représentation du Dépeupleur tout à
fait épatante

Colimasson 19/07/2013 08:35



Hélas, Fin de partie et le Dépeupleur sont des pièces que je n'ai jamais vues... il faut que je les relise !