Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 14:39






Le mensonge, la raison probante, la belle épingle… toutes ces gravures me semblaient être les œuvres les plus représentatives de Félix Vallotton. Bénéficiant d’une exposition au Grand Palais, Beaux-Arts Magazine donne l’occasion de découvrir un autre aspect de l’artiste, navigant d’une extrême tension de froideur dans le trait à la chaleur des couleurs et des expressions.


Comme d’habitude, ce hors-série ne nous ensevelit pas sous les informations. Bréviaire destiné à capter la curiosité du lecteur, nous apprendrons rapidement le parcours de Félix Vallotton. Quelques-unes de ses œuvres sont passées au crible de sa biographie ou de son expression artistique personnelle. Alléchant, mais pas suffisant pour contenter l’enthousiasme que suscite cette (re)découverte des œuvres de Félix Vallotton. C’est le but de ce hors-série, qui se veut prospectus publicitaire étoffé de l’exposition du Grand Palais. A défaut de sortie parisienne, on se promènera sur Internet pour ratisser le plus grand nombre de toiles. Félix Vallotton ne cesse d’être surprenant et doté d’une grande empathie, ainsi que l’avait déjà noté Octave Mirbeau : « M. Vallotton est un esprit clair, précis, très averti, très cultivé, très passionné. Observateur aigu, parfois un peu amer parce qu’extrêmement sensible ». Les choix d’exposition de cet hors-série le confirment.

 

 
Agrandir cette image
 


La roumaine en robe rouge, 1925



Agrandir cette image




Agrandir cette image

Le sommeil, 1908




Agrandir cette image

Les cinq peintres, 1902


De la mythologie...



Agrandir cette image

L'enlèvement d'Europe, 1908



Agrandir cette image

Orphée dépecé, 1914



Agrandir cette image

Roger délivrant Angélique, 1907



Isabelle Cahn a écrit:
Malgré sa nature discrète, Vallotton a des choses très fortes à exprimer, mais elles n’apparaissent pas immédiatement. Le premier regard sur un de ses tableaux indique qu’il a un métier assez classique, inspiré des grands maîtres comme Holbein ou Ingres. On sent qu’il a travaillé d’une manière méthodique et calme. Mais derrière ce calme se cache un véritable volcan ! C’est cette lave, ce feu, ces passions, ce côté noir également qu’il faut vraiment ressentir et que l’on a voulu mettre en avant dans l’exposition, notamment grâce à la scénographie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires