Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 20:49






Lorsque Shigeru Mizuki, mangaka spécialisé dans l’horreur et l’épouvante, choisit de consacrer un ouvrage entier au seul personnage de Hitler, on peut légitimement se demander s’il s’inscrit dans la lignée ou en rupture avec le reste de son œuvre. Mais peut-être, la réponse la plus correcte s’inscrit-elle dans le juste milieu de ces deux hypothèses.


Shigeru Mizuki décide de revenir sur le mythe Hitler en défrichant son parcours de la manière la plus synthétique et exhaustive qu’il soit : c’est-à-dire que, sans entrer dans des considérations trop approfondies dont le but aurait été de déceler les motivations profondes de Hitler (souvent, il ne paraît en avoir d’autre que cette folie qui le pousse à la mégalomanie et au rêve d’un « Empire Allemand »), Mizuki préfère revenir sur les évènements cruciaux de la construction de l’homme et sur celles de ses décisions politiques qui auront le plus grand impact à l’échelle mondiale.





Difficile de reconnaître le jeune Adolf lors de ses débuts ratés d’artiste-peintre. Grande tige frêle et malmenée par l’existence, Mizuki le représente non sans humour comme un personnage détaché des réalités de la vie terrestre, toujours à battre la campagne, sans le sou, croyant fermement à son accomplissement artistique et à la reconnaissance de son talent. Egalement délaissé par l’amour, Mizuki rabaisse le futur grand dictateur en rappelant ses complexes bien terrestres, son comportement souvent lunatique et ses considérations détachées des contingences de la réalité –en prélude au déchaînement fantasmagorique des ordres qu’il déléguera au sein de son gouvernement lors de ses années au pouvoir.





Mizuki parvient donc à faire de Hitler un personnage foncièrement comique qui ne tarit pas en contradictions, en idées fantasques et en mégalomanie. La stupéfaction s’installe peu à peu lorsque le lecteur découvre quelle dose de culot a permis à Hitler de transformer un parti politique minable en grande force de rassemblement en Allemagne ; plus encore lorsque ses discours décousus et illogiques séduisent d’autres hommes politiques qui se laissent prendre à leur tour au piège de la rêverie et de l’utopie. Même si Mizuki ne cherche jamais explicitement à orienter son lecteur et à émettre le moindre jugement sur les actes qu’il met en scène, de nombreux indices sauront nous mettre sur la piste de l’avis personnel de l’auteur. Existe-t-il jugement plus net, plus tranché que cette représentation du dictateur sous la forme d’un pantin manipulé et soumis à l’hégémonie de sa mégalomanie ? Aucune de ses paroles ni aucun de ses gestes ne semblent avoir été commis par un être humain, sinon par un psychotique démentiel qui aurait coupé les ponts avec toute réalité. Et personne, autour de lui, pour le ramener à la raison, ou si peu…





Entre les représentations grossières de Hitler –yeux papillonnants, moustache frémissante, gestes théâtraux-, des images d’archives s’insèrent parfois entre deux pages et rappellent sans cesse au lecteur les désastres bien réels provoqués par ce personnage qui vivait dans un autre monde. La Seconde Guerre Mondiale et tous ses massacres laissent éclater leur absurdité. Hitler mourra en même temps que le désastre de son « Empire Allemand », jugeant certainement que la tâche d’assumer les conséquences de sa politique n’était pas assez ambitieuse pour un homme de son envergure. C’est en tout cas ce que Shigeru Mizuki nous laisse croire…

Citation:


- Il faudrait forcer les Japonais à coopérer…
- Les Japonais sont forts, c’est vrai. Normal, ils mangent du tofu et des légumes…



Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires