Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 15:37



Voici une histoire d’amour qui n’attisera ni votre jalousie, ni votre envie… Qui souhaiterait connaître la même relation que celle qui lie Ho-Gyeong et Min-Gyu ? Leur histoire ne semble être qu’une mise en commun de deux temps morts, réunis dans le désœuvrement et l’ennui d’une vie sans repères.

Min-Gyu trouve toutefois son compte dans cette relation. Parasite feignasse contraint de vivre chez ses parents, il trouve refuge dans le petit appartement de Ho-Gyeong pour échapper aux remontrances de ses aïeux. Ceux-ci lui reprochaient de ne rien faire de ses journées ? Qu’à cela ne tienne, il prétexte des études à la FAC pour se la couler douce chez sa copine pendant que celle-ci travaille comme modèle artistique. Il ne s’agit là que d’un petit boulot provisoire qui lui permet de survivre en même temps qu’elle nourrit l’espoir incertain d’être un jour comédienne. Utilise-t-elle cette même capacité –subir le pire dans l’attente du meilleur- pour supporter la présence envahissante de Min-Gyu ? En effet, même si elle connaît la manière dont celui-ci utilise son temps libre, qu’il passe trop souvent auprès de la sulfureuse Bo-Eun, même si elle ne compte plus les preuves de son indifférence, et même s’il s’est installé chez elle comme s’il s’agissait de son propre appartement, Ho-Gyeong tolère les frasques de celui qu’elle appelle par défaut son « petit ami ».



La narration est brillante et, en entremêlant les différents niveaux de lecture, elle nous permet de prendre conscience de la double vie menée par Min-Gyu. Les évènements, d’abord décrits d’après le point de vue de Ho-Gyong, semblent rythmer la vie gentiment monotone d’un couple de jeunes adultes. Mais les rétrospectives présentées d’après le point de vue masculin offrent un regard plus individualisé et apportent des indications qui renversent souvent notre vision des choses. L’histoire peut alors devenir cruelle.



Au milieu de tous ces déboires sentimentaux, la nourriture prend une place importante. Min-Gyu est presque toujours exclusivement à l’initiative du choix des repas qu’il prendra avec sa commensale Ho-Gyeong. En revenant sur ce qui s’apparente ici à un détail, Chaemin fait émerger la trame d’une seconde réflexion qui suit sa logique propre, et nous pousse à prendre en compte des éléments apparemment anodins. Quelle est la raison du choix de tels ou tels aliments ? Quelle est la part d’intervention de Ho-Gyeong ? De quelle manière seront consommés les repas ? De quelle symbolique sont-ils porteurs ? L’insertion de ces passages culinaires assure une véritable fonction et permet de nous éclairer sur de multiples aspects de la relation entre Ho-Gyeong et Min-Gyu.



De cette manière, Chaemin nous rapporte l’histoire de ce couple d’une manière discrètement originale. Pas de grands sentiments ni de passions extrêmes. Même dans la colère, les personnages gardent le contrôle de leurs émotions jusqu’au bout. Il en ressort l’image d’un album sobre, parfaitement crédible, et qui suscitera aussi peu d’émois chez le lecteur que dans les âmes de Ho-Gyeong et de Min-Gyu.

Citation:
- Il te ressemble…
- Hein ? Qu’est-ce qui me ressemble ?
- Je veux parler de ton appart. Il est simple et fonctionnel.



Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires