Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 12:34





Lorsque le kitsch se mêle au sacré, l’éternel à la mode et la pédagogie à la démagogie, on peut avoir envie de rire. Ou de pleurer. En tout cas, on permettra à sa bibliothèque de respirer un peu en éliminant un livre de ses étagères.


Frédéric Lenoir construit son livre en pompant avidement aux sources d’un catastrophisme digne des mauvaises nouvelles du JT de 13 heures. Aux quatre coins du monde, au même instant, sept personnes sont frappées par le pressentiment d’un cataclysme imminent qui devra les conduire dans un premier temps au monastère de Toulanka, au Tibet. On ne l’aurait pas forcément cru tout seul, mais ces personnes sont des sages -l’auteur nous le certifie et on ne conteste pas. Se mélangent donc une professeure de philosophie et des ressortissants de toutes les religions du monde –Frédéric Lenoir a heureusement été assez modeste pour ne pas inclure un écrivain new-age dans ce groupe de zouaves. D’une manière très répétitive et mécanique, l’appel de Toulanka apparaît comme une révélation et nous est présenté plus ou moins dans les mêmes termes, du plus au moins ridicule, faisant parfois surgir la vision dans les aboiements d’un clébard ou dans la moindre irrégularité d’une tartine de pain :


« Ne parvenant pas à dormir, elle se leva au milieu de la nuit, alluma la télévision et tomba sur une émission consacrée au bouddhisme tibétain. Lorsque le monastère de Toulanka fut évoqué, un frisson la parcourut de la tête aux pieds. Sans savoir pourquoi, une idée fixe s’imposa à elle : tout quitter à l’instant pour se rendre dans ce monastère. Elle prit un somnifère et tenta d’oublier cette obsession. Mais quand, le lendemain, elle croisa dans la rue une dame hurlant à son chien : « Toulanka ! Au pied ! », ses derniers doutes se dissipèrent. »


Si c’est de l’humour, ce n’est pas drôle, et si ça n’en est pas, c’est désespérant. Mais voilà les sept sages partis au Tibet, se rencontrant avec étonnement au beau milieu d’un monastère que Frédéric Lenoir n’aurait jamais choisi d’élire si la région n’avait pas été popularisée par les évènements des Jeux Olympiques de 2008. L’histoire se transforme alors en stage d’initiation à la méditation au cours duquel les participants devront s’être mis d’accord pour unir leurs connaissances et leurs sagesses diverses, issues de leurs différentes écoles de pensées, afin d’abolir toute religion traditionnelle et de déceler l’essence de l’ « âme du monde ».Si les progrès de la mondialisation leur auront permis dans un premier temps de prendre le premier Easy Jet pour s’amuser au Tibet, ils leur permettront dans un second temps de faire une croix sur les vieilles religions rasantes pour mettre au point une « anti-religion » plus dogmatique que jamais, imposant péremptoirement la tolérance, l’union pacifique des sagesses et une définition incontestable du « bien », du « mal » et du « bonheur ».


Et c’est parti pour une longue litanie des préceptes qui obligeront l’homme moderne connecté à Facebook de devenir heureux (« Allons voir si tu as de nouveaux amis sur Facebook ! » lança le vieux Chinois dans un ricanement joyeux). N’osant pas faire preuve de trop d’originalité pour ne pas effrayer le lecteur moderne qu’il imagine forcément aseptisé et réduit aux seules croyances des bénédictions commerciales, n’usant pas d’un style ni d’une écriture trop complexes pour ne pas perdre le lecteur abruti qu’il imagine abreuvé aux seules sources de la Roue de la Fortune, Frédéric Lenoir s’adresse à nous sur un ton didactique si lourd qu’entre démagogie et orgueil, on se demande quel instinct a le premier guidé la rédaction de cette nouvelle Âme du monde qui n’a rien d’original. Les métaphores sont d’une tristesse et d’une platitude qui doivent tout aux stéréotypes (« Ce qui compte, ce n’est pas de gravir cette montagne, ou bien celle-ci, ou bien encore celle-là, mais de parcourir le chemin ») et qui ont cet avantage bien utile pour l’auteur de vouloir tout et rien dire à la fois, ne prenant aucun risque lorsqu’il s’agit de vouloir transmettre une pensée personnelle au lecteur. D’ailleurs, rien de ce qui n’est écrit ne semble découler d’une réflexion originale. Il semblerait plutôt que Frédéric Lenoir ait vraiment pioché tout ce qui lui semblait être « bon » (niais, pathétique, caressant, lénifiant…) au sein des sept plus grandes écoles de pensée actuelles pour les brasser, sans souci de cohérence, donnant parfois lieu à des contradictions internes qu’il essaie d’estomper en amenant sans cesse sur le devant de la page des concepts aussi indéfinis que « Bonheur », « Paix », « Amour » et autres ressortissants à majuscule. Ainsi se trouve-t-on soumis à des enseignements contradictoires qui tortureront la minable « âme ponctuelle » cherchant à se faire « âme du monde ». Il faudra donner le meilleur de soi-même pour devenir parfaitement satisfait de la personnalité que le monde nous a transmis. Les sages se mettent ainsi d’accord, dans un premier temps, pour affirmer que « La grande ambition qui doit guider ta vie, c’est de développer le meilleur de toi-même », impliquant une série d’exercices et d’obligations dignes de mangerbouger.fr (« Développe et entretiens ses possibilités en faisant de l’exercice. Allie le souple –yoga, gymnastique douce- et le tonique : course, travail musculaire. Mais ne cherche pas à dépasser ses limites et ménage-le. Ton corps a besoin de repos. Dors chaque nuit le nombre d’heures nécessaires. […] Ton corps a aussi besoin de se nourrir. La nourriture ne doit pas seulement apporter un plaisir, mais fournir au corps l’énergie nécessaire. L’alimentation doit être variée, équilibrée et aux besoins de chacun ») avant d’anéantir tous les efforts dans un second temps au cours duquel les sages se mettront d’accord pour affirmer que la meilleure attitude à entretenir à l’égard de la vie consiste à accepter tout ce qu’elle entraîne –soi, sa personnalité, les autres, la maladie et la fatalité (« L’attitude la plus importante, la voie royale, celle qui est le couronnement de la sagesse, c’est d’acquiescer à la vie. C’est d’accepter le réel. Ne pas refuser ce qui se présente. Certaines choses peuvent et doivent être changées. Mais commençons par dire « oui » à la vie. Une maladie survient : acceptons-là et faisons ce qu’il faut pour guérir »).


Une fois que l’on a bien intégré que cette nouvelle Âme du monde développée par Frédéric Lenoir n’est qu’un spiritualisme moderne gonflé à la mondialisation, au socialisme pour les nuls et à la pédagogie facebook, le livre devient plus intéressant et se transforme en bréviaire du foutage de gueule. L’enseignement imaginé par les sept plus grands sages du monde ( !) n’échappe pas à l’obligation de faire sens et Frédéric Lenoir lui assigne un but : instruire les deux adolescents du monastère dans l’espoir d’en faire des hommes nouveaux qui –par propagation sur Twitter-, transmettront l’enseignement sacré aux autres jeunes dévergondés du monde moderne. La spiritualité ne peut se passer des caractéristiques propres à une société libérale répugnée : domination du marché et obligation de rentabilité. Bien sûr, la transmission se heurte parfois au crétinisme ardent des deux adolescents du livre –et de l’image que Frédéric Lenoir détient de son lectorat (« Moi, je rêve de rencontrer le prince charmant, de rigoler avec mes amies et de m’éclater dans la vie ! Voilà ! »).


Au milieu de tous ces préceptes qui, en voulant plaire à tout le monde, en cherchant l’approbation de tous et en n’osant blesser personne, finissent par devenir vides et creux, Frédéric Lenoir ose avancer quelques affirmations psychologiques dignes du siècle dernier (« Nous reproduisons dans nos relations amoureuses le conditionnement affectif de notre petite enfance. Ces blessures du cœur peuvent guérir au fil de la vie, par une prise de conscience, des thérapies et des rencontres appropriées ») qui devraient nous conduire immédiatement sur le divan du psychologue du quartier, que l’on soit effectivement perturbé par un passé difficile à surmonter, ou qu’il s’agisse de devenir le surhomme qu’aucune faille ne vient entraver dans la quête de son développement illimité (« Est-il libre, l’homme […] qui ne pourra rester dans une pièce où il a vu une araignée ? »).


L’âme du monde a voulu tirer le meilleur des sept plus grandes écoles de pensées connues à l’heure actuelle, niant leurs particularités, leurs histoires, leurs nuances et leur complexité pour créer un hybride impersonnel et fade qui serait à la culture dans tout son éclectisme ce que MacDonald’s est aux cuisines traditionnelles et locales héritées de générations d’êtres humains. Inintéressant, Frédéric Lenoir ose cependant croire à son originalité et postule l’ignorance, le nombrilisme et la soif de richesses (qu’il s’agisse de spiritualité ou de bonheur) d’un lectorat dopé aux préceptes libéraux. La contradiction émaille jusqu’à la construction de son récit et conduit du paradigme du capitalisme matériel au paradigme du capitalisme spirituel –ce qui n’est finalement pas différent.


*peintures de Min Wae Aung

_________________

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

Arnaud 25/03/2017 16:18

Ouvrez les yeux, ce livre est une démarche commerciale, un ramassis de généralités déjà entendus partout. Je defie qui que ce soit de grandir à la lecture de ce livre. On est dan sle business, point.
Aucun scénario, aucune chute, des copier-coller incessants de paroles sages, même pas organisées.
Des contes ultra connus...
Bref en fermant le livre l'ai regretté de l'avoir acheté, il ne vaut meme pas le papier qui l'imprime.
Lisez Sidartha de Hesse, vous verrez ce qu'est un livre initiatique.

Jid 08/12/2016 10:30

J'étais pressée de lire une critique pleine de bon sens et de logique que j'aurais pu comparer à la mienne, elle aurait même pu enrichir mon discours. Mais là je tombe sur un mélange de bave, de haine et de non-sens total. C'est dommage que votre discours soit si vide et coléreux alors que vous auriez pu placer de vrais arguments sans tomber dans la haine et les reproches. Je vois que beaucoup de gens se braquent vite dès que l'on essaie, comme Lenoir le fait ici, d'écrire un roman accessible à tous, ce qui va perturber les élitistes de la lecture qui se torchent le cul avec du Marc Levy. Si je peux me permettre de vous donner un conseil, la critique littéraire est complexe car il ne faut jamais tomber dans un jugement personnel du livre, comme vous le faites si bien, mais il faut rester sage à l’égare du vocabulaire utilisé pour définir votre état d'esprit quand vous lisez un livre. Les insultes et comparaisons abjectes enlèvent malheureusement toute crédibilité à votre discours, et encore une fois, c'est bien dommage.

Je vous souhaite cependant une très bonne journée, et vous conseille de lire les 4 accords Toltèques qui vous aideront sûrement à l'avenir à comprendre l'importance des mots.

Namaste

MORGENSTERN 16/01/2016 22:35

Quel fiel !
comment peut on encombrer la toile de cette façon ....?
Je ne vous connais pas et n'en ai pas envie...
Arrêtez de vous prendre pour une critique littéraire ... vous êtes simplement amère et vous êtes tournée sur vous même plutôt que sur l'Autre .
Je vous plains de ne pas constater au moins cela ...

Isabelle 01/08/2015 18:51

Absolument pas d'accord avec vous !!!!
La critique est aisée n' Est-ce pas ?!
Proposez nous un livre et nous pourrons comparer !!!!!

Noann 19/08/2013 19:52

Excellent article !
J'ai moi aussi été très dubitatif devant cet amalgame mal fagoté de modes de pensée.
Mais je n'ai pas trouvé d'aussi beaux mots pour traduire mon désarroi de lecteur

Colimasson 22/08/2013 09:07



Association anti-Lenoir, continuons à perséver ;)


Quel livre avais-tu lu ?