Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 17:17





L’amour et la haine se divise en deux parties apparemment antagonistes mais finalement complémentaires : La haine, le désir de possession et l’agressivité de Joan Riviere, et L’amour, la culpabilité et le besoin de réparation de Mélanie Klein.


En 1937, dans un climat d’ébullition politique, la psychanalyse se tourne vers l’humain et analyse ses sentiments et leurs sources de motivation. L’amour et la haine, deux sentiments puissants desquels semblent découler l’infinité des autres sentiments qui ne seraient que leur variation, sont analysés et confrontés avant d’être finalement réunis dans leur complémentarité. C’est pourquoi le livre est séparé en deux conférences distinctes qui permettent de mieux mettre en valeur leurs différences et le moment où, dans leurs apogées, haine et amour trouvent un élan moteur identique.


Joan Riviere commence par évoquer l’agressivité et cherche à expliquer les raisons de l’existence d’un tel sentiment. Le postulat de base est le suivant : pourquoi, dans un monde où les agressions objectives sont finalement bien rares, l’être humain se sent-il si souvent menacé ? La responsabilité de chacun est mise en jeu dans cette nouvelle façon de considérer le comportement de l’agressivité. En revenant aux sources de l’enfance, Joan Riviere se penche sur les conséquences qui découlent du sentiment de dépendance du bébé à l’égard de ses proches. La manière dont sera vécue cette dépendance influencera la force de la projection agressive du bébé sur les êtres et les choses qui l’entourent et modèlera son comportement futur. Cette projection est dotée de plusieurs caractéristiques : la dispersion –qui évite que la haine se concentre sur un seul objet- ou le rejet. Plusieurs comportements découlent de cette réaction et en plusieurs parties, Joan Riviere aborde le mépris, l’envie, le désir de possession, la jalousie ou encore l’amour du pouvoir.


Mélanie Klein vient à la suite de cette première partie pour s’intéresser à l’origine de l’amour. En évitant de considérer ce sentiment comme naturel, elle en fait le corolaire lumineux de la haine. Le bébé est de nouveau considéré comme un être humain à part entière, doté d’une sensibilité toute-puissante qui conditionnera son comportement des années à venir. Dans la partie précédente, la dépendance était évoquée. Ici, l’objet de la dépendance est nommé : il s’agit du sein et de la tendresse maternelle. Si la dépendance entraîne la haine, le sentiment de départ est celui d’un bien-être qui fera naître un attachement –postulat de l’amour. Le bébé –plus tard l’adulte- se trouve alors déchiré entre cet amour originel et la haine qu’il éprouve à l’égard de l’objet de son attachement. De là apparaît une culpabilité inconsciente qui se traduit dans les actes par un besoin de réparation. L’amour devient visible et se traduit en gestes ou paroles.


Cette dualité entre haine et amour conditionne une grande partie du comportement de l’être humain. Son histoire psychique expliquera ses futurs choix amoureux, et son identification au père ou à la mère fera de lui un parent modèle ou non. A ce stade du développement de la pensée de Mélanie Klein, on ne peut s’empêcher de grincer des dents : sa réflexion est encore bourrée de poncifs propres au début du 20e siècle. La famille se décline selon la sacro-sainte composition du père, de la mère, des frères et des sœurs. Au-delà de ce modèle, il semble que l’enfant n’existe pas et le cas de son développement personnel n’est pas évoqué. De plus, on retrouve les vieux poncifs de la psychanalyse de Freud, complexe d’Œdipe, recherche du pénis et vénération de la mère porteuse en vrac :


« Dans l’ensemble, les hommes ont plus d’assurance que les femmes. L’homme possède un organe sexuel externe qu’il peut voir et il sait qu’il fonctionne. Les femmes ne peuvent pas être rassurées quant à leurs aptitudes d’une façon aussi évidente. Pour cela, les filles doivent attendre de nombreuses années. Ce n’est qu’après que l’homme ait joué son rôle et qu’un enfant soit né qu’elles obtiennent la preuve absolue de leurs aptitudes sexuelles. »


La réflexion redevient intéressante lorsque Mélanie Klein s’éloigne du strict sentiment amoureux pour aborder le cas des amitiés, l’origine des sentiments altruistes ou généreux et, plus largement, l’amour étendu aux choses –qu’il s’agisse de la puissance créatrice ou de l’amour matériel. Quid, enfin, de l’amour de soi-même, résultante de toutes les composantes précédentes et aboutissement ultime du plaisir et du sens qu’un être humain saura donner à son existence.


Il faut sans doute replacer ce recueil dans son contexte pour admirer toute son audace. Alors qu’il est si facile de désigner autrui pour identifier les forces du mal, Mélanie Klein et Joan Riviere trouvent une explication rationnelle à l’origine du sentiment d’agression qui motive la haine et les sentiments eux-mêmes agressifs ressentis par l’individu. Quelques défauts inhérents au contexte psychanalytique du moment et à l’emprise des concepts les plus vivaces ne sauront diminuer la portée de cette réflexion courageuse qui donne à l’individu souffrant les moyens d’identifier les causes de son mal-être. Si cette démarche ne le transformera pas radicalement, elle lui donnera toutefois les moyens d’améliorer son existence, ainsi que Mélanie Klein le conclut superbement :


« Si, au fond de notre inconscient, nous sommes devenus capables d’effacer dans une certaine mesure les griefs ressentis contre nos parents, nous pouvons alors être en paix avec nous-même et aimer les autres dans le vrai sens du mot. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires