Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 18:51



Lorsqu’ils étaient enfants, Jean-Christophe s’emparait toujours des textes écrits par David pour les raturer, les corriger et imposer la marque de son esprit sur le sien. Devenus adultes, Jean-Christophe n’écrit plus. On le découvre dans les premières pages, traînant les pattes dans la salle de bains, complètement abruti par des années de médicamentation brutale. David continue quant à lui à écrire et cette fois, personne ne l’en empêche plus. Aux histoires de guerriers a succédé l’histoire de sa famille, c’est-à-dire l’histoire de Jean-Christophe et de son épilepsie. Même si les premières crises d’épilepsie de son frère ne se manifestent pas tout de suite dans son enfance, tout ce qui les précède semble devoir en expliquer la cause.



David et Jean-Christophe grandissent ensemble et ce qui sépare les deux frères est infime. On imagine qu’avec ce récit, David cherche à analyser ce qui l’a différencié de son frère et ce qui lui a permis d’échapper au « haut mal » qui n’a pas épargné Jean-Christophe. Culpabilité ou envie ? David est conscient de sa chance de n’être pas épileptique mais, enfant, lorsqu’il voit son frère entrer dans ses transes incontrôlables, c’est aussi de la jalousie qu’il ressent. Jean-Christophe lui échappe –il a maintenant accès à une dimension de l’existence que David ignore, et qui dit qu’il ne s’agit pas là d’un monde merveilleux ? Un monde aussi endiablé que celui de Michel Strogoff de Jules Vernes, où les combats sanguinolents font frissonner comme sous le règne de Gengis Khan ? David et Jean-Christophe avaient toujours partagé un intérêt intarissable pour ces histoires qui permettaient à leur violence de trouver un exutoire mais avec l’épilepsie, la violence devient réelle ; elle s’exprime à présent de manière incontrôlable, sans qu’on ne la convoque.



David et Jean-Christophe font l’apprentissage de la réalité. La guerre leur avait toujours semblée drôle –les grandes personnes qui l’ont vécue leur font comprendre qu’elle est tragique ; le mal leur avait toujours paru dérisoire –il devient paniquant lorsqu’il se trouve en soi et qu’il est incontrôlable. Anubis surgit une nuit dans les rêves de David et le guérit de sa peur des figures d’angoisse fictives pour lui inoculer la peur du réel.


« Je rêvais du dieu des morts Anubis. Il s’avançait vers moi, j’étais terrorisé. Je me suis réveillé. Anubis était toujours là, il continuait d’avancer. Soudain, tout s’est arrêté. Il n’y avait plus que l’ombre de l’armoire qui avait vaguement la forme d’un chacal. Depuis, je peux avoir peur des gens, de la vie, de l’avenir. Mais je n’ai pas peur des fantômes, des diables, des sorcières, des vampires »


L’épilepsie de Jean-Christophe perturbe aussi la famille et David raconte leur « grande ronde des médecins ». On imagine une époque moins sensibilisée que la nôtre à l’épilepsie. Le cas de Jean-Christophe est atypique et suscite différentes réactions du milieu médical, de l’incompréhension avouée au fanatisme inquiétant en passant par l’incompétence dangereuse (« Madame, votre fils est méchant ! »). Alors que Jean-Christophe doit bientôt se faire lobotomiser partiellement, celui-ci découvre la macrobiotique de Georges Oshawa. C’est l’occasion ou jamais d’échapper aux chirurgiens, même s’il faut pour cela changer tout le mode de vie d’une famille qui, jusque-là, avait vécu sans jamais se soucier des préceptes macrobiotiques.


L’ascension du haut mal n’est que le premier volume d’une série qui en comporte six. La conclusion de ce premier épisode paraît donc surprenante pour ne pas dire tristement cynique : effectuer l’ascension du haut mal semble devoir nécessiter de passer par la phase de la guérison. Utiliserait-on trop souvent ce terme à mauvais escient ? La guérison n’est-elle qu’une aggravation d’un état pathologique ? Un terme servant à masquer l’incompétence du corps médical et de l’entourage ? Il nous faut retrouver David rapidement pour le savoir.

 

Citation:
Il explique que c’est une opération très délicate, que si son bistouri taille un demi-millimètre à côté, mon frère sera aveugle. Il énumère tout ce qui risque d’arriver s’il loupe son coup. S’il taille là, mon frère perd l’usage de ses membres, là, il perd l’usage de son bras droit, là de ses jambes, là il sera sourd… Ma mère s’évanouit. Le professeur T. la rassure : rien de tout ça n’arrivera car il est d’une habilité hors du commun. Les dégâts seront limités. Il perdra son champ visuel sur les côtés.
- Alors il ne pourra plus voir sur les côtés ?
Et il sera paralysé deux jours après l’opération.
- S’il veut regarder sur les côtés, il tournera la tête, c’est tout !


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires