Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 10:51




« L’autre » tient la place centrale du titre de ce film alors même que la réalisation semble l’éluder et lui concéder une place finalement mineure… ceci à condition de considérer que cet « autre » est le malchanceux de la portée de jumeaux dont est enceinte Claire.

Lorsque le médecin lui annonce qu’elle attend deux enfants, Claire ne laisse paraître aucune émotion. Ni joie, ni peur, ni perplexité… à la limite, un peu de surprise mais la gamme des sentiments ne s’étendra pas plus loin. Son mari, Pierre, ne semble pas plus chamboulé qu’elle. Tous deux semblent avoir extrêmement de difficultés à communiquer et plutôt que de s’avouer leur embarras à l’idée de la venue de ces deux enfants, ils se précipitent dans le premier magasin venu pour choisir la future poussette deux-places dans laquelle ils trimbaleront leurs rejetons.
Heureusement ? La grossesse de Claire se passe mal et elle demande au médecin d’effectuer une réduction de grossesse afin de ne garder qu’un seul embryon. La scène se passe en images, sans mots. Encore une fois, cet évènement semble passer de manière anodine dans l’existence de Claire et de Pierre. Et pourtant, la tension rôde à chaque instant dans le moindre geste effectué et dans le moindre regard échangé.



Pierre semble se détendre et retrouver un peu de plaisir uniquement lorsqu’il travaille dans son cabinet d’ophtalmologie. Là, il rencontre Laurent, un handicapé de vingt ans qui va perdre la vue. Sur un mode décalé, tous deux finissent par devenir proches et Pierre propose à Laurent de passer un après-midi en sa compagnie ainsi qu’en celle de Claire. Si les deux hommes sont très proches, le courant passe en revanche beaucoup moins bien entre Claire et Laurent. Alors que Claire s’emporte, profitant de la faiblesse et de la gentillesse débile de Laurent pour déverser la colère accumulée des dernières semaines, Pierre prend la poudre d’escampette. Morale de l’histoire ? Voici ce qui se passe lorsqu’on s’évertue à ne rien se dire.


Alors qu’elle se retrouve seule, Claire finit par regretter son emportement. Elle pense retrouver Pierre auprès de Laurent, mais mauvaise pioche… A défaut d’autre chose, Claire reste alors auprès de Laurent. Avec quelques difficultés au début, puis avec une aisance acquise d’une façon étonnement rapide, elle devient à son tour proche du jeune homme et semble l’apprécier sincèrement. Elle passe plusieurs jours presque joyeux (quelques sourires) en sa compagnie, puis Pierre réapparaît, comme une récompense offerte au bon comportement de Claire. Le couple, redevenu serein grâce à leur approche de Laurent, peut de nouveau envisager l’avenir avec la sérénité qui lui manquait au début du film.

Cette débauche de bons sentiments ne révèle pas un amour de « l’autre » en soi mais plutôt de l’autrepour soi. Si cet « autre » est l’embryon réduit des débuts, alors sa disparition aura été l’œuvre maladroite d’un couple qui a essayé de faire diversion concernant ses difficultés de communication ; s’il s’agit de Laurent, alors « l’autre » est un média permettant à deux êtres humains de se comprendre d’une nouvelle façon –meilleure que la précédente.

Malgré des scènes intéressantes, qui cherchent vraiment à s’attarder sur l’expression des personnages pour se substituer aux mots, le film pêche un peu au niveau de la progression de l’intrigue et du dénouement presque miraculeux des tensions qui semblaient pourtant insurmontables. Le couple finit par se montrer insupportable et Laurent, pour qui le spectateur aurait pu éprouver de la tendresse, se transforme en une simple « chose » qui aura seulement permis aux futurs parents de se préparer à l’arrivée d’un enfant pour qui, on l’espère, l’avenir sera meilleur que celui que laisse présager ce film…

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Film
commenter cet article

commentaires