Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 09:40



N’avale pas les pépins de raisins, il te poussera une vigne dans le ventre… L’histoire de l’homme bonsaï semble s’inspirer de cette terreur enfantine pour la transformer en conte initiatique reflétant le tragique de l’existence.

Le parcours du personnage suit toutes les étapes classiques du parcours revanchard. Amédée le Potier, homme faible et incertain, est enrôlé de force pour monter à bord du vaisseau du capitaine Stroke. Il devient rapidement son souffre-douleur et finit abandonné sur une île déserte après une apothéose de brimades. Au milieu de ses lamentations, Amédée remarque à peine qu’une graine lui tombe sur le crâne. Quelques jours plus tard, une force terrible jaillit du sommet de son crâne. Un arbre s’est établi sur sa tête, pompant toutes les forces de son corps pour croître. Amédée serait mort s’il n’avait pas été sauvé par un vaisseau de chinois maîtrisant l’art de soigner un bonsaï. Grâce à leur aide, Amédée le potier prend conscience des potentialités que lui réserve cet arbre. L’heure de la revanche a sonné, le capitaine Stroke peut trembler !



L’écriture de Fred Bernard est aussi travaillée et imagée que les illustrations de François Roca. Une lecture d’adulte est réjouissante ; une lecture d’enfant risque sans doute de se montrer plus effrayante. Mais comme l’homme-bonsaï a su tirer profit des forces néfastes d’un parasite, ainsi doit-il être possible de trouver quelque plaisir à surmonter l’effrayante fascination que suscite cette histoire…






Citation:
Le petit arbre prenait rapidement possession de mon crâne et faisait courir ses racines sous ma peau. Un à un tombèrent mes poils, mes cils, mes sourcils et mes cheveux. Et seul se dressait sur ma tête nue cet arbrisseau qui me faisait de l’ombre et des désagréments.


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires