Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 08:43


L’illusionniste est un personnage qui attire d’emblée la sympathie : démodé, il traîne sa carcasse, brandissant de temps en temps des lapins blancs de son chapeau, dans l’espoir de concurrencer les nouvelles stars du rock. Pire que le rejet, il attire seulement l’indifférence de ses spectateurs. Le gag se répète plusieurs fois jusqu’à ce que l’illusionniste écope d’un poil de succès dans une taverne perdue sur une côte de écossaise. Il rencontre la petite Alice avec qui il finit par convoler sous d’autres cieux –en fait pas si loin que ça : à Edimbourg.



Avec Alice, la magie fonctionne toujours. La grande ville lui fournit des images merveilleuses de fourrures, de chaussures et d’autres vêtements de luxe qui la séduisent comme l’improbabilité d’un tour merveilleux. Pour lui faire plaisir mais aussi pour conserver son aura de magicien, l’illusionniste se ruine et lui procure les plus belles parures qu’il fait apparaître devant elle en un tour de magie. Tel est pris qui croyait prendre : à se donner des airs de duchesses, la petite Alice devient une grande dame qui attire le damoiseau.



S’il faut aimer le style de Jacques Tati pour apprécier cet « hommage » animé constitué principalement de scènes muettes, il faut aussi avoir le goût pour la lenteur et la révérence. Dans l’hommage, Sylvain Chomet semble parfois s’oublier et l’humour délicat –pour ne pas dire imperceptible- de son adaptation fait profil bas pour laisser place à une création si humble qu’elle convainc presque de sa faiblesse. Il est toutefois indubitable que la création graphique atteint des sommets de qualité tout en perpétuant le style propre à Sylvain Chomet. Reste également le constat mélancolique d’un monde moderne qui a balayé ses anciennes figures du rêve pour laisser place à un système consommatoire nettement moins féérique. Sylvain Chomet serait-il lui aussi un illusionniste déchu ?


Un hommage pas tout à fait apprécié ?

Citation:
Une polémique est survenue fin janvier 2010 : la famille McDonald, notamment les fils de Helga Marie-Jeanne Schiel et petits-fils de Jacques Tati, a exprimé sa colère à travers une lettre de l'un d'eux, Richard McDonald, destinée à la maison britannique de The Observer et à Roger Ebert au Chicago Sun-Times. « the sabotaging of Tati's original L'Illusionniste script, without recognising his troubled intentions, so that it resembles little more than a grotesque, eclectic, nostalgic homage to its author is the most disrespectful act » (« le sabotage du script original de L’Illusionniste, ne reconnaissant pas les intentions troubles de Tati et les masquant derrière un hommage grotesque et nostalgique, est profondément irrespectueux »).


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Film
commenter cet article

commentaires