Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 12:18



Sylvia Plath a brillamment réussi à réaliser ses ambitions littéraires. Dans la Cloche de détresse, elle évoque ses années de jeunesse avec un certain réalisme biographique dont nous évaluons mal les limites, mais qui s’inspire sans doute des épisodes les plus marquants de son existence. Après une reconnaissance fulgurante de ses poèmes –presque trop pour vouloir signifier quelque chose-, la narratrice Esther Greenwood est invitée à passer l’été à New-York avec les autres lauréates d’un concours littéraire. Si le passage d’une vie routinière à une existence scandée par les soirées mondaines se passe relativement bien, le retour au bercail sera le déclencheur d’une apathie dépressive. Esther Greenwood ne peut plus vivre comme avant. Tout lui semble dénué d’intérêt car si loin de la vie qu’elle aimerait mener… Les interrogations de cette jeune fille sont celles qui hantèrent réellement Sylvia Plath : comment concilier à la fois ses ambitions de femme de lettres et ses envies de fonder un foyer ? Esther Greenwood a découvert une part inconnue de la réalité mais elle s’en sent d’autant plus étrangère que cette incursion dans la vie mondaine lui semblera ensuite inaccessible. L’existence qu’elle a mené jusqu’alors l’a coincée sous une cloche de verre –sitôt découverte, celle-ci est devenue une cloche de détresse.


La suite du parcours d’Esther Greenwood nous conduira de thérapeutes en infirmiers, jusque dans les salles d’électrochocs des instituts psychiatriques les plus réputés. Rien ne semble toutefois pouvoir l’aider à concilier ses ambitions et la réalité. Si les troubles psychiques d’Esther ne s’extériorisent plus, ils continuent cependant à marteler ses pensées. Ces obsessions opèrent en douce et se faufilent dans le texte avec une discrétion presque anodine. Il faudrait relire ce roman plusieurs fois pour comprendre qu’il s’agit du mode opératoire le plus radical de la dépression : elle agit dans le dos de ses victimes et essaie de taire son nom le plus longtemps possible.


La cloche de détresse traduit bien l’expérience d’une dépression vécue de l’intérieur. Dans toute son indifférence et dans la sobriété mesurée de ses propos, Sylvia Plath évoque ses tourments sans complaisance. Elle nous montre que la dépression n’est peut-être pas seulement un mal individuel mais qu’il s’inscrit en continuité d’un sort communément partagé par le plus grand nombre. Ce qui différencie ses victimes, c’est la capacité ou non de chacun à se rendre compte de ses limitations et de l’étau qui restreint les possibilités de son existence.


« Qu’y avait-il de se différent entre nous, les femmes de « Belsize » et les filles qui jouaient au bridge, bavardaient et étudiaient dans ce collège où j’allais retourner ? Ces filles aussi étaient assises sous leur propre cloche de verre. »


Cette constatation, en regard du reste du roman, aurait dû réconforter Sylvia Plath. Et pourtant, c’est une fois arrivée à ce stade de sa réflexion qu’elle se suicidera. Peut-être est-ce là ce qui différencie la vraie dépression de la simple mélancolie lucide.



Citation:
« C’était une des raisons pour lesquelles je ne voulais pas me marier. La dernière chose que je souhaitais, c’était bien la sécurité infinie et être l’endroit d’où part la flèche… Je voulais des changements, du nouveau, je voulais tirer moi-même dans toutes les directions, comme les fusées du 4 juillet. »



« Le silence me déprimait. Ce n’était pas le silence du silence. C’était mon propre silence. »



* photo de Jacques-Henri Lartigue : Renée, Pays Basque, 1930

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

solar panels 27/09/2014 07:43

Plath est crédité de faire avancer le genre de la poésie confessionnelle et est surtout connu pour ses deux recueils publiés, Le Colosse et autres poèmes et Ariel.

geek toys 02/06/2014 13:58

Sylvia Plath was an American poet, novelist, and short-story writer. My wife goes crazy for books and she loves reading books. We have a huge collection of books at home. I will refer this to her. Thanks for sharing this with us.