Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 12:15



Après s’être déjà énormément dévoilé –mais de manière indirecte- dans ses plus grandes œuvres (La créature du marais, V pour Vendetta…), Alan Moore révèle quelques pans autobiographiques de sa personnalité. Le texte de La coiffe de naissance, écrit à l’occasion d’un spectacle donné pour son 42e anniversaire, est ici repris et illustré par Eddie Campbell qui effectue un travail tout en nuances et en inspirations. Au milieu de ses propres dessins, tout de noir et blanc vêtus, se glissent Jérôme Bosch, Billy Stockman Tjapaltjarri ou Hokusai, comme de brefs appels à une communion élargie.



Agrandir cette image

Serpent, Billy Stockman Tjapaltjarri




En se focalisant sur la coiffe de naissance –une fine membrane qui recouvre la tête du bébé à la naissance et sur laquelle sont imprimés les traits de son visage-, Alan Moore cherche à nous révéler l’importance des détails. La coiffe devient l’allégorie des masques que nous empruntons dans nos existences pour limiter la casse et renforcer l’intégration sociétale –mais à quel prix ? La mise au rebut de sa personnalité, les imitations de débuts de vie factices, la perte de son identité profondes, sont des thèmes qu’Alan Moore aborde avec une naïveté qu’on lui connait peu et sur un mode poétique désabusé, sans tragédie ni éclats. La traduction aurait-elle fait perdre de sa noblesse à Alan Moore –de cette noblesse lyrique qu’on lui connaissait dans la créature du marais ? Malgré ces défauts de style qui donnent l’impression de lire le plaidoyer mécontent d’un adolescent qu’on aurait privé de sortie, émergent parfois des vérités profondes qui réussissent à bousculer notre assurance de lecteur pour nous interroger.



Et puis le langage se déconstruit peu à peu. Alan Moore revient à ses plus jeunes âges, retranscrit les premières frayeurs et les premières blessures. A notre tour de retourner sur notre enfance et de nous souvenir des abandons et de la survenue de la mort. Serait-ce à ce moment-là que nous avons commencé à nous fuir ? Régression, régressions… nous inscrivons à nouveau notre visage à l’intérieur de la coiffe de naissance, et plus loin encore, nous remontons le long de l’échelle de l’évolution. Du microscopique au macroscopique, la coiffe de naissance inscrit l’individu à la fois dans son insignifiance mais aussi dans la grandeur de son appartenance au phénomène de la vie.



Agrandir cette image




Agrandir cette image

Lézards et fontaine de vie, Jérôme Bosch



Parce que ce récit est autobiographique, il se fait moins fulgurant que les pures œuvres de fiction d’Alan Moore. Ici, il prend la pose même s’il s’en défend –peut-on éternellement se passer de sa coiffe de naissance ? Et cependant, le résultat parvient encore à nous troubler d’une manière toute personnelle. En parlant de lui, Alan Moore réussit brillamment à parler de tous…



Citation:
La coiffe de naissance, petit à petit déployée, est un lambeau fragile, un planisphère perdu qu’il va falloir reconstituer à partir de fines traces, lignes aussi minces et hésitantes que des veines. Cette délicate membrane dresse la carte d’un continent monstrueux et oublié, chaque vive éclaboussure de sang maternel y est un archipel. C’est une carte postale froissée, égarée par la poste, en provenance d’une nation disparue, son message rédigé dans une antique écriture difficile à déchiffrer. La coiffe de naissance documente une Atlantide personnelle, un temps du rêve d’avant l’apparition de la parole, un état chamanique naïf riche de totems abandonnés ; une danse oubliée autour du feu ; les flamboyantes signatures de démons médiévaux à demi apparentes à travers les sinuosités des graffitis à la craie sur le mur d’une cour de récréation. L’obscurité sans réconfort.






Citation:
Jour un mamie elle est morte et juste d’y penser c’est presque maintenant.
Jour un papa et maman morts et c’est maintenant on pleure et on pleure.
Et jour un est une chose pire que nous pas peut penser et pleure et pleure et pleure et c’est maintenant et c’est maintenant.


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires

click here 09/09/2014 13:41

The cap of birth (2013) is one of the greatest books written by the writer duo Alan Moore & Eddie Campbell. In this book, they tried to explain about the origin of humans and the purpose of their life and after it.