Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 12:30



Knut Hamsun a su se doter sans le vouloir d’un publicitaire hors-norme en la personne d’André Gide. Ce dernier, pas mauvais déjà pour nous faire percevoir les méandres tortueux de l’âme humaine, écrit pourtant qu’il ne connait pas plus doué que Knut Hamsun pour s’offrir une petite promenade au fond des psychismes malmenés :


« Ah ! combien toute notre littérature paraît, auprès d’un tel livre, raisonnable. Quels gouffres nous environnent de toutes parts, dont nous commençons seulement à entrevoir les profondeurs ! Notre culture méditerranéenne a dressé dans notre esprit des garde-fous, dont nous avons le plus grand mal à secouer enfin les barrières ; et c’est là ce qui permettait à La Bruyère d’écrire, il y a déjà deux siècles de cela : « Tout est dit ». Tandis que devant La Faim on est presque en droit de penser que, jusqu’à présent, presque rien n’est dit, au contraire, et que l’Homme reste à découvrir. »


Mais le temps a passé et La faim ne semble plus si chamboulante qu’elle avait pu le paraître pour Gide, Breton ou Mirbeau, qui en étaient de fervents admirateurs. D’ailleurs, dans le domaine du renouvellement littéraire, ceux-ci œuvrèrent également de manière décisive et ouvrirent peut-être la voie à une lignée d’écrivains qui se chargèrent de contredire La Bruyère en nous faisant comprendre que tout n’a pas encore été dit –en tout cas pas dans toutes les formes décemment imaginables.


L’histoire de La faim s’apparente à la quantité des substances ingérées par son narrateur et se résume à peau de chagrin : journaliste sans poste fixe, l’argent ne suffit plus à subvenir à ses besoins et plutôt que d’accepter un poste qui ne convient ni à ses ambitions, ni à ses compétences, et plutôt que de recourir à une mendicité jugée humiliante, le narrateur préfère errer toute la journée dans les rues d’Oslo, gaspillant ainsi ses dernières forces dans l’espoir de faire surgir dans son esprit le papier qui lui rapportera enfin de l’argent et –qui sait ?- de la reconnaissance.




Qui a déjà essayé de vadrouiller au hasard des rues en se proposant de fixer son attention sur un seul sujet de réflexion sait combien il est difficile de ne pas se laisser perturber par les distractions extérieures et par la volatilité de sa concentration. Notre journaliste n’échappe pas à ce papillonnage et c’est à la lecture de ces pensées éparses que nous convie Knut Hamsun. Virginia Woolf popularisera ce type de narration un peu plus tard avec Mrs. Dalloway, ne parvenant toutefois pas à introduire cet élément perturbateur qui fera toute l’étrangeté du récit de Knut Hamsun : la faim.


La faim est représentée sous la forme d’ « un essaim de petites bêtes malfaisantes [qui] avaient pénétré dans mon être intime et l’avaient évidé ». Oui mais jusqu’à quel point ? Au moment où le journaliste nous confie cette impression, sa personnalité –quoique déjà un peu bancale- reste encore stable et certaine. Au fil du temps, la fatigue, la famine et la solitude aidant, une déchéance de plus en plus profonde s’installera. Corps et âme ne sont pas séparés et la misère s’inscrit à plusieurs niveaux, dans la moindre résistance de la capacité physique et dans l’impossibilité de plus en plus tenace à mener une réflexion cohérente jusqu’au bout. Cercle vicieux d’abord motivé par la fierté qui empêchera finalement le journaliste d’accéder à toutes ses ambitions littéraires.


La description de l’état de famine est plus clinique que psychologique. Le ton auquel recourt Knut Hamsun est simple et clair. Il nous donne l’impression d’une observation médicale et pourtant, pas une page ne se passe sans que le journaliste ne nous fasse parvenir un listage précis des sentiments et des pensées qui le traversent. Même au faîte de la famine, le journaliste ne nous semblera finalement pas si dérangé qu’il essaie bien de nous le faire croire. Ce caractère continuellement raisonné du discours, bien que permettant une lecture fluide et jamais désagréable, constitue cependant la caractéristique qui ne nous permet pas de suivre André Gide jusqu’au bout de son engouement. Non, Knut Hamsun n’est pas allé se promener jusqu’aux abysses de la psyché humaine : il nous a permis d’en mesurer la profondeur et d’en apercevoir la noirceur, mais au moment de plonger, il s’agrippe aux rebords de la raison. Son discours n’est qu’un écho des dangers auxquels a échappé son personnage. Il en reste, cependant, une velléité d’écriture certainement rare pour un roman publié en 1890.


« A mesure que je m’éloignais, je me sentais de plus en plus content d’avoir vaincu cette tentation. La conscience de mon honnêteté me monta à la tête, me remplit du sentiment grandiose que j’étais un caractère, un phare tout blanc au milieu de la mer bourbeuse des hommes, parmi les épaves plus flottantes. »



*peinture de James Ensor : Démons me turlupinant, 1895

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

Dominique 12/08/2013 15:10

un livre fort et très curieux, il faut dire que l'auteur est tout sauf sympathique, mais ce livre mérite vraiment le détour pour l'art avec lequel il dissèque tout ce qui se passe en lui

Colimasson 14/08/2013 09:14



C'est vrai mais il n'empêche, à l'heure actuelle, ça reste quand même assez anecdotique...


Je parlerai plus tard de Jérôme de Jean-Pierre Martinet : pour une plongée dans les enfers d'une subjectivité, je n'ai pas encore trouvé mieux...