Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 09:15



Synopsis :

Citation:

De son enfance à la gloire, de ses victoires à ses blessures, de Belleville à New York, l'exceptionnel parcours d'Edith Piaf. A travers un destin plus incroyable qu'un roman, découvrez l'âme d'une artiste et le coeur d'une femme. Intime, intense, fragile et indestructible, dévouée à son art jusqu'au sacrifice, voici la plus immortelle des chanteuses...



Je suis entrée dans ce film sans rien en connaître : je savais seulement qu’il était plus ou moins controversé et je ne connaissais rien d’Edith Piaf, que cela concerne sa vie ou ses chansons (excepté les plus connues qu’on entend à longueur de journée sans y prêter garde).
D’Edith Piaf, j’avais l’image d’une femme à qui tout avait toujours réussi jusqu’à sa déchéance. A ce niveau là, j’ai été surprise de découvrir la vie d’une enfant abandonnée, récupérée, ballotée d’un endroit à un autre, dans un monde instable et précaire. J’ai vécu en même temps qu’elle ses débuts dans les cabarets, sa première « véritable » scène, sa rencontre avec Marcel, et la mort de ce dernier, dont je n’avais jamais entendu parler avant de voir le film. En ce sens, mon ignorance a plutôt été un atout, pour une fois, et m’a permis de vivre la scène dans laquelle Edith Piaf découvre la mort de son amant avec une intensité qui n’aurait pas été aussi grande autrement.




Le jeu de Marion Cotillard ne m’a pas déplu, peut-être parce que je n’ai pas eu l’impression qu’elle se contentait de la singer dans une imitation grossière, n’ayant jamais vu de vraies images d’Edith Piaf…

Jusqu’ici, mon ignorance concernant Edith Piaf m’aura été très bénéfique dans la visualisation de ce film dentsblanches Le seul moment où je me suis sentie un peu perdue, c’est lors du lancement du récit. Les passages alternent souvent entre différentes tranches de vie d’Edith(enfance, maturité, déchéance), sans jamais vraiment s’attarder et sans paraître complètement justifiés. Cette superposition de différents âges ne semble pas vouloir expliquer la fin d’Edith Piaf par son enfance ou par sa jeunesse. J’ai plutôt eu l’impression que le réalisateur voulait que nous regardions le film en ayant toujours en tête la déchéance qui sera sienne comme le signe d’une fatalité.



Les scènes de chant sont peu nombreuses mais toutes sont subtilement amenées. Découvrir le contexte dans lequel une chanson a vu le jour permet de voir d’une autre façon ce qui, aujourd’hui, est souvent devenu un hymne populaire totalement vidé de signification.



Je ne juge pas ce film d’après des critères de véracité ou de qualité cinématographique. Ce film parle directement à la sensibilité du spectateur, et c’est peut-être ce qui est insidieux. Je me suis parfois demandée si Olivier Dahan avait réalisé ce film par amour de l’art ou à la façon d’une gigantesque publicité en l’honneur d’Edith Piaf… Quoiqu’il en soit, le plaisir était bien là.

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Film
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 08/08/2012 13:11

Blog(fermaton.over-blog.com),No-3: THÉORÈME D'ÉDITH. - L'AMOUR est merveilleux !!