Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 14:25





On pourrait croire que La Nausée est une expérience du dégoût de soi appartenant à la vie. En réalité, elle est son opposé, c’est-à-dire une expérience du dégoût de la vie n’étant pas contenue en soi. On comprend d’autant mieux ce positionnement que le livre qui le décrit est le premier que publia Jean-Paul Sartre, lui libérant ainsi une voie royale pour se faire connaître. Avant la nausée ? Rage de n’être rien. Ecriture de la nausée. Après la nausée ? Digestion satisfaite de l’homme qui a commencé à s’affirmer dans l’existence. Et ce dernier mot nous en rappelle un autre : existentialisme, ô mon amour… en un roman à tendance autobiographique, on devine les raisons de la construction d’un système philosophique. Parce que Jean-Paul Sartre aura réussi à dépasser sa nausée, il imposera ensuite à tous de le faire sous peine d’être des hommes de « mauvaise foi ». Et pourtant, l’entreprise ne semble pas aisée. Il suffit de lire les pérégrinations d’Antoine Roquentin pour s’en rendre compte.


Le bonhomme mène une vie peu intéressante qui le trimballe de Bouville à Paris, essayant de renouer des liens avec une femme qui fut autrefois son amante, tandis qu’il s’attèle à la rédaction d’un livre historique traitant de la vie du marquis de Rollebon. Solitaire, plutôt désœuvré, il a beaucoup trop de temps libre pour réfléchir. On sait jusqu’à quelles extrémités peuvent conduire l’inactivité… chez Antoine Roquentin, elle se traduit par des idées fixes, des spasmes et une phobie de la nausée. Cette dernière survient comme une crise épileptique : certains signaux permettent d’en soupçonner l’arrivée, sans pouvoir toutefois jamais être certain de la probabilité, de l’heure et du lieu d’attaque. Antoine Roquentin observe les objets et les gens jusqu’à se laisser hypnotiser par eux. Mais l’hypnose est maussade et le choc du retour à la réalité se traduit par le sentiment d’avoir compris intellectuellement l’existence des choses observées sans jamais pouvoir exprimer cette expérience de manière intelligible. Au lieu d’écrire La nausée, Wittgenstein aurait écrit : « Ce dont on ne peut parler, il faut le taire ». Mais Jean-Paul Sartre préfère parler.


Si l’on excepte ces tentatives ratées de descriptions impossibles, on avouera toutefois que certains passages brillent à décrire des sensations moins intellectuelles. Pour bien faire, Sartre n’hésite pas à former des paragraphes synesthésiques convaincants qui mettent en avant l’absurdité de nos croyances en une vie fondée une fois pour toute, et partant à jamais immuable.


« Sur tout ce que j’aime, sur la rouille du chantier, sur les planches pourries de la palissade, il tombe une lumière avare et raisonnable, semblable au regard qu’on jette, après une nuit sans sommeil, sur les décisions qu’on a prises d’enthousiasme la veille, sur les pages qu’on a écrites sans ratures et d’un seul jet. »


Entre quelques touches d’absurde dignes d’Ionesco (« Mon canif est sur la table. Je l’ouvre. Pourquoi pas ? De toute façon, ça changerait un peu »), on découvre une tendance à la vision organique et horrifique. Le doute surgit : et si tout pouvait être autrement ? et si tout se mettait à vivre, vraiment ? Ce mélange audacieux aurait pu être convaincant si Jean-Sôl Partre n’était pas convaincu d’être le seul être humain sur terre –s’opposant à une humanité de bourgeois- à connaître le doute existentiel. Connaissant ce que devint l’homme des années après la publication de ce premier roman, n’est-il pas amusant de le lire rager contre ceux qui s’attirent la reconnaissance sociale et intellectuelle ? « Les magnifiques yeux gris ! Jamais le moindre doute ne les avait traversés » -et pourtant lui… et d’ailleurs, n’est-ce pas un privilège « bourgeois » de pouvoir contempler sa main et la décrire des pages durant jusqu’à faire surgir la nausée ?


Il serait toutefois dommage de cracher sur ce livre bourgeois qui s’amuse lui-même à cracher dans la soupe bourgeoise. Le plus important est de reconnaître ses illuminations psychologiques, sa finesse des perceptions, et l’acuité d’une vision qui se précisera plus tard jusqu’à former un système philosophique et politique. Comme quoi, il y a toujours du bon dans le désœuvrement.


Ce n'était pas facile de décrire ces sensations mais JPS y est arrivé...


Citation:
« Les objets, cela ne devrait pas toucher, puisque cela ne vit pas. On s’en sert, on les remet en place, on vit au milieu d’eux : ils sont utiles, rien de plus. Et moi, ils me touchent, c’est insupportable. J’ai peur d’entrer en contact avec eux tout comme s’ils étaient des bêtes vivantes. »



Citation:
« Sur tout ce que j’aime, sur la rouille du chantier, sur les planches pourries de la palissade, il tombe une lumière avare et raisonnable, semblable au regard qu’on jette, après une nuit sans sommeil, sur les décisions qu’on a prises d’enthousiasme la veille, sur les pages qu’on a écrites sans ratures et d’un seul jet. »



Citation:
« Je vois l’avenir. Il est là, posé dans la rue, à peine plus pâle que le présent. Qu’a-t-il besoin de se réaliser ? Qu’est-ce que ça lui donnera de plus ? […] Je ne distingue plus le présent du futur et pourtant ça dure, ça se réalise peu à peu ; la vieille avance dans la rue déserte ; elle déplace ses gros souliers d’homme. C’est ça le temps, le temps tout nu, ça vient lentement à l’existence, ça se fait attendre et quand ça vient, on est écœuré parce qu’on s’aperçoit que c’était déjà là depuis longtemps. »



L'existentialisme en germe ?


Citation:
« Devant le passage Gillet, je ne sais plus que faire. Est-ce qu’on ne m’attend pas au fond du passage ? Mais il y a aussi, place Ducoton, au bout de la rue Tournebride, une certaine chose qui a besoin de moi pour naître. Je suis plein d’angoisse : le moindre geste m’engage. »


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires