Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 16:39



Il faut choisir le bon moment pour se lancer dans cette lecture…
Entamée pour ma part à la fin de la période des examens, elle m’a semblée totalement adaptée à la situation. Elle le paraîtra encore davantage à celui qui déciderait d’ouvrir ce livre au début de ses congés payés car Lafargue s’attaque moins au travail intellectuel d’apprentissage qu’au travail répétitif et abrutissant qui est avant tout motivé par l’acquisition de son gagne-pain.
En revanche, lecture à éviter peut-être pour celui pour qui les congés payés ne sont encore qu’un vague mirage : se faire comparer à un lourd bovin des prairies auvergnates et se faire rappeler l’abrutissement sévère qui est le sien ne saurait certainement pas remonter le moral après une longue journée à assembler des vis et des boulons, à rédiger des compte-rendu de réunion, ou à apporter des cafés à son supérieur et à ses collègues.

Aucune caste socio-professionnelle n’est épargnée par le constat de Lafargue : les politiciens, économistes et religieux sont les vecteurs de doctrines aptes à asservir les ouvriers, qui s’imaginent travailler pour leur bien et leur indépendance alors qu’ils ne servent qu’à enrichir le patron ou les bourgeois. Là où Lafargue surprend, c’est qu’il ne fustige pas entièrement ces vilains riches pleins de sous. Non, eux aussi sont victimes de la morale et des valeurs d’une société dédiée au labeur : contraints de s’enrichir toujours plus pour permettre aux ouvriers sans cesse plus nombreux d’avoir du travail, ils finissent par se morfondre d’une vie trop facile et ennuyeuse. C’est pour eux qu’on détourne une grande partie de la population active pour former cette caste qu’on nomme aujourd’hui le secteur tertiaire –celui des services. Des gens inutiles, qui n’ont d’autre mission que celle de distraire les bourgeois devenus malheureusement riches à cause des ouvriers qui se tuent malheureusement à la tâche, parce qu’ils croient aux discours faussement émancipateurs qu’on leur inflige.

Lafargue expose ce point de vue original avec une dérision souvent drôle. Il arrive à transformer cette agitation des sociétés capitalistes en une scène de théâtre absurde, uniquement dirigée par une poignée d’orateurs à l’esprit tordu. Où sont passés les philosophes de la Grèce Antique ? Eux, au moins, comme bon nombre d’autres peuples sauvages que Lafargue n’hésite pas à rappeler, avaient compris la nature aliénante du travail. Ces civilisations sont brandies comme des modèles, souvent comparées d’une manière caricaturale –mais drôle- à notre pauvre société qui s’est créée son propre malheur.

Lafargue a toutefois beau forcer le trait –procédé auquel on le sent obligé de recourir s’il se veut efficace, eut égard à la brièveté de son manifeste- jamais il ne paraît réducteur. L’enfermement dans lequel nous vivons ne provient que d’une chose : l’erreur qui est la nôtre lorsque nous pensons nous émanciper par le biais du travail acharné. Etant donnés les progrès techniques et technologiques qui caractérisaient la société du 19e siècle, 3 heures de travail quotidien auraient suffi à assurer son bon fonctionnement. Mieux que cela, tout le monde aurait enfin pu occuper une fonction et aurait disposé de suffisamment de temps pour se consacrer à ce que tout bon employé rêve de faire lorsqu’il s’image en vacances, mais qu’il ne fait jamais lorsqu’il l’est enfin –effrayé par la perspective de tout ce temps d’oisiveté qui se présente face à lui- : se prélasser, passer du temps en bonne compagnie, faire ripaille, se promener, instruire son esprit…

Heureusement que Lafargue n’exclut pas l’activité intellectuelle –modérée et motivée par le plaisir- de son Droit à la paresse : on se sentirait presque coupable de ne pas occuper notre temps libre à faire plutôt une petite sieste…Mais, au fait, pourquoi prendre de son temps libre pour effectuer cette lecture ? L’idéal reste certainement de lire ce manifeste pendant ses heures de travail, détournant ainsi la productivité de ses quotas de rendement exigés, et effectuant un bel hommage à la pensée de Lafargue… !



Van Gogh



Citation:
Et cependant, le prolétariat, la grande classe qui embrasse tous les producteurs des nations civilisées, la classe qui, en s’émancipant, émancipera l’humanité du travail servile et fera de l’animal humain un être libre, le prolétariat trahissant ses instincts, méconnaissant sa mission historique, s’est laissé pervertir par le dogme du travail. Rude et terrible a été son châtiment. Toutes les misères individuelles et sociales sont nées de sa passion pour le travail.



Puisque nous parlons de crise...

Citation:
Au lieu de profiter des moments de crise pour une distribution générale des produits et un gaudissement universel, les ouvriers, crevant de faim, s’en vont battre de leur tête les portes de l’atelier. Avec des figures hâves, des corps amaigris, des discours piteux, ils assaillent les fabricants : « Bon M. Chagot, doux M. Schneider, donnez-nous du travail, ce n’est pas la faim, mais la passion du travail qui nous tourmente ! » Et ces misérables, qui ont à peine la force de tenir debout, vendent douze et quatorze heures de travail deux fois moins cher que lorsqu’ils avaient du pain sur la planche. Et les philanthropes de l’industrie de profiter des chômages pour fabriquer à meilleur marché.



Une vision de l’obsolescence programmée :

Citation:
Notre époque sera appelée l’âge de la falsification, comme les premières époques de l’humanité ont reçu les noms d’âge de pierre, d’âge de bronze, du caractère de leur production. Des ignorants accusent de fraude nos pieux industriels, tandis qu’en réalité la pensée qui les anime est de fournir du travail aux ouvriers, qui ne peuvent se résigner à vivre les bras croisés. Ces falsifications, qui ont pour unique mobile un sentiment humanitaire, mais qui rapportent de superbes profits aux fabricants qui les pratiquent, si elles sont désastreuses pour la qualité des marchandises, si elles sont une source intarissable de gaspillage du travail humain, prouvent la philanthropique ingéniosité des bourgeois et l’horrible perversion des ouvriers qui, pour assouvir leur vice de travail, obligent les industriels à étouffer les cris de leur conscience et à violer même les lois de l’honnêteté commerciale.



Le tout servi par une langue souvent très lyrique...

Citation:
La France, capitaliste, énorme femelle, velue de la face et chauve du crâne, avachie, aux chairs flasques, bouffies, blafardes, aux yeux éteints, ensommeillée et bâillant, s’allonge sur un canapé de velours ; à ses pieds, le Capitalisme industriel, gigantesque organisme de fer, à masque simiesque, dévore mécaniquement des hommes, des femmes, des enfants, dont les cris lugubres et déchirants emplissent l’air […]


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

CL 01/08/2012 19:23

Sur le même thème, il y a aussi Bob Black ("Travailler, moi ? jamais !" ou en bon français "The abolition of work") ou Bertrand Russell ("Eloge de l'oisiveté"). Lafargue, je n'ai jamais terminé la
lecture, il faudrait peut-être que j'y revienne.

Colimasson 02/08/2012 10:05



Une lecture de plus à reprendre pour toi alors...


Et je note les titres que tu me proposes, sur le thème du travail, je suis preneuse. Et si tu veux étendre tes lectures au thème de l'école, j'avais bien apprécie "Une société sans école" d'Ivan
Illich.



zazy 31/07/2012 13:19

J'aime ta critique et, tu me donnes envie... Je vais aller lire ce qu'il pense des retraités !!!! si il en parle.

Colimasson 01/08/2012 13:13



Pas de retraités dans le parage de ce traité... ça n'existait pas, à son époque, je me trompe ?