Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 16:17





Enième teen-movie américain, Le monde de Charlie essaie tant bien que mal de se forger une petite personnalité en se donnant une touche grave, justifiée par un méli-mélo d’évènements fondateurs tragiques : viol, épilepsie et mort au premier-plan. On se doit donc d’être sérieux, et de ne pas prendre les aventures vécues par Charlie à la légère. Même si, dans le fond, elles ne méritent rien de plus. Car pour le reste, tout sent le déjà-vu, avec un arrière-goût de dépassé qui rendrait presque la chose kitsch si elle n’était pas aussi convenue. Les plus grandes histoires se jouent au cours des bals de fin d’années et autour d’un plateau-repas de self, leur dénouement facilité par les caractères stéréotypés de chaque personnage.



Charlie, qui avait apparemment un problème en début de film –on ne sait pas trop lequel car il n’apparaît jamais clairement et ne semble pas non plus très handicapant (épilepsie, hallucinations ?)-, surmonte toutes ses difficultés comme par erreur, restant toujours passif et se cachant derrière une armada d’amis charismatiques et tendres comme des chérubins. A la fin du film, après un semi-assoupissement, on retrouve Charlie en pleine exaltation, heureux comme un pou dans une jungle de cheveux crades, débinant avec emphase une morale qui combine les vertus du mérite, de l’amour et de l’amitié. Un peu trop sirupeux pour qu’on croit vraiment au monde de Charlie

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Film
commenter cet article

commentaires