Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 13:39



« Sachez que personne n’a le droit de communiquer avec lui, verbalement ou par écrit, ni de lui accorder aucune faveur, ni de se trouver avec lui sous le même toit ou à moins de quatre coudées, ni de lire aucun écrit fait ou rédigé par lui. »


Ainsi énonça-t-on l’acte d’exclusion de Spinoza le 27 juillet 1656, alors que celui-ci se dirigeait à peine vers ses 24 ans. Imprégnés de la conscience de cette mise à l’écart, les contributeurs de ce Hors-série du Nouvel Observateur semblent vouloir nous dire qu’il fallait pourtant en passer par là pour que Spinoza puisse accéder au titre de « maître de liberté ». Et si ses textes et sentences semblent parfois trop obscures pour être des considérations actuelles, les rédacteurs convoqués nous montrent qu’ils sont en réalité généralisables ad vitam aeternam, pertinents hier, aujourd’hui et sans doute demain. Mais parlons déjà un peu d’hier pour comprendre la formation du jeune Spinoza, ainsi que d’aujourd’hui, pour retrouver trace de ce grand penseur dans des domaines toujours critiques de notre société.


Après quelques articles d’introduction nous permettant de comprendre le contexte politique et géographique dans lequel vécut Spinoza, le Nouvel Observateur découpe son hors-série en trois grandes parties qui rapprochent Spinoza de la religion, du développement personnel et de la politique. Il s’agit de mieux comprendre les particularités de « l’athéisme » de Spinoza ainsi que les raisons qui l’ont conduit à l’exclusion ; de passer outre l’impression d’impénétrabilité d’une pensée obscure qui est en fait un éloge fait à la joie, au désir et à l’art ; de proposer des solutions aux problèmes politiques, sociaux et écologiques d’aujourd’hui en faisant comprendre le concept d’interdépendance consentie et de conatus spinoziste. Si les articles ne sont pas tous égaux, et si certains d’entre eux poussent un peu trop loin une spéculation basée sur des textes dont l’extrême concision facilite le vice de la déformation, ils réussissent malgré tout à nous permettre de les envisager sous de multiples angles de lecture. Et puisque la perfection s’acquiert par la joie, cet hors-série enrichit encore les références à la pensée spinoziste par des illustrations de peintres du 17e siècle qui répondent parfois, de manière indirecte et voilée, aux préoccupations du penseur.



 
Agrandir cette image

Les rhétoriciens à la fenêtre, Jan Steen




Toutefois, cet hors-série apparaît finalement comme un semi-constat d’échec puisqu’il s’agit de brandir la pensée de Spinoza en la brodant, paraphrasant et explicitant longuement, comme si elle était incapable par elle-même de nous faire comprendre qu’elle n’a pas perdu de sa pertinence et que son application concrète en politique, en écologie ou en droit social permettrait peut-être de résoudre des problèmes de notre siècle. Cet aveu, qui transformerait presque celui que l’on prend pour un athée en nouveau prophète martyre, transforme à son tour les publications de Spinoza en lois supérieures qui nécessiteraient une mise sous allégorie pour être mieux comprises. C’est ainsi qu’en lisant l’article de Yannis Constantinidès (« Spinoza athée ? »), on ne peut s’empêcher de penser que le Nouvel Observateur voudrait se faire le relais d’une pensée si riche et complexe qu’elle a été négligée et détournée –pour le plus grand malheur de l’être humain :


« […] puisque ce récit [la Bible] est destiné au peuple ignorant et rédigé dans un langage pour lui compréhensible, il faut décrypter le message comme suit : Dieu n’a pas révélé à l’homme sa volonté, mais sa loi. Or Dieu et la nature ne font qu’un. C’est donc purement et simplement la loi de la nature que Dieu a révélé à l’homme. Son intelligence étant limitée, celui-ci n’a pas compris les conséquences néfastes auxquelles il s’exposait en négligeant les enseignements reçus, et c’est la cause du désastre métaphoriquement représenté par la « chute » »


Il s’agit peut-être d’une nouvelle preuve de l’acuité de la vision spinoziste. Déplorant que nous ne cherchions pas assez à atteindre la perfection, et nous donnant les moyens de le faire, Spinoza nous aurait peut-être permis de simplifier nos vies communautaires et personnelles. Mais ne connaissant pas la pensée spinoziste, ou la croyant détachée de la pratique réelle, nous ne le faisons pas et continuons à répéter les erreurs qu’elle dénonce. Il s’agit là d’un argument non négligeable de l’intérêt que nous devons accorder à Spinoza –ne s’agirait-il déjà que de se mettre un peu plus en joie.



Agrandir cette image

La joyeuse compagnie, Jan Steen




Citation:
L’expérience de chacun en témoigne : une grande fatigue physique peut rendre laborieux l’enchaînement de nos idées, et la privation de sensations peut retentir non seulement sur el corps mais aussi sur le développement intellectuel et psychique. Spinoza peut ainsi affirmer que c’est d’un même effort que nous devons nous attacher à accroître la puissance d’être et d’agir de notre corps et celle de notre esprit.





Le port d'Amsterdam vue de l'Ij, Ludolf Backhuysen



Citation:
Il y a trop de distance historique entre un érudit du 17e siècle et un activiste vert de notre époque pour que le qualificatif d’écologiste puisse s’appliquer à Spinoza. Il n’en demeure pas moins que c’est une pensée très bien configurée pour accueillir notre inquiétude actuelle que circonscrivent la devise dont Spinoza avait fait sa signature –Caute ! (Fais attention !)-, la prudence dont il faisait la plus haute vertu humaine, et la conscience de n’exister que comme un nœud de relations (fragiles) au sein d’un environnement aucunement prédisposé pour notre bien.


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

Dominique 16/07/2013 14:10

je te recommande si tu ne l'as pas lu le roman de Irvin Yalom : le problème Spinoza un roman intelligent et jouissif

Colimasson 17/07/2013 09:01



Ah oui, bonne idée, d'autant plus que j'aime beaucoup l'écriture de Yalom...