Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 13:28







Le singe de Hartlepool a connu sa (tragique) heure de gloire. Pourquoi ne pas l’invoquer à nouveau maintenant que la légende s’est tarie ? Si sa véracité peut être remise en question, en revanche, sa charge symbolique est bien réelle. Apologie parmi tant d’autres, la légende du Singe de Hartlepool se veut porteuse d’un message que cet album de Lupano et Moreau mettent en forme de façon convaincante.





Au 19e siècle à Hartlepool, alors que les guerres napoléoniennes battent leur plein et que la haine des français est entière, un chasse-marée français fait naufrage sur les côtes britanniques. Aucun rescapé, excepté un singe portant l’uniforme français. Après bien des déboires et humiliations que les marins infligèrent au singe au cours du voyage, ce miracle constitue déjà une victoire de l’animal sur l’espèce humaine… quoiqu’il aurait peut-être mieux valu mourir en mer que de se retrouver confronté à une autre variation de la bêtise humaine : celle des habitants de Hartlepool. En effet, lorsque ceux-ci découvrent le singe, laissé gisant sur les côtes, ils croient aussitôt avoir affaire à un espion de l’armée française. Celui-ci ne parle pas, il refuse de répondre aux questions : c’en est assez, il sera traîné en justice ! Tous les habitants du village s’organisent dans une joyeuse liesse pour condamner le français supposé… Les enfants qui virevoltent autour d’eux, dans des parodies et des simulacres de combats qui n’ont rien à envier aux adultes, semblent tout aussi crédibles… Seul le médecin, arrivé le même jour à Hartlepool pour une escale au cours de son voyage, se détourne de la grande fête, tout occupé à soigner les victimes de combats et autres malheureux à la santé peu enviable.




L’histoire du Singe de Hartlepool dispose d’un potentiel comique indéniable qui provient du décalage existant entre les convictions des personnages et le regard que porte le lecteur sur la situation. Ici, nous nous sentons presque plus proche du singe, aussi atterré que nous de la tournure que prennent les évènements, que des anglais de Hartlepool. Rapprochement qui sera d’ailleurs relevé par le médecin de passage lorsqu’il découvrira avec stupeur que le procès intenté contre le français n’est en réalité qu’un procès intenté contre… un singe !


« Humain ? Bien sûr qu’il avait l’air humain. Les singes nous ressemblent, Charly. C’est comme ça. Une cruelle fantaisie du Créateur pour nos rappeler qu’entre nous et les bêtes, il n’y a qu’une histoire de nuances. »


Le petit Charly à qui s’adresse ce médecin sera enfin une source d’étonnement pour le lecteur, et permettra d’ouvrir cette histoire du Singe de Hartlepool vers d’autres horizons… Fantasmes, peut-être ? mais le rêve est permis… De toute façon, l’être humain ne pourra plus nous surprendre après cette farce grotesque qui s’est jouée à Hartlepool. D’ailleurs, Lupano et Moreau en rajoutent une couche : jouant à la fois sur le désespoir d’hommes arrivés au terme de leurs schémas de pensée et sur l’ironie sublime dont le cerveau humain sera toujours, malgré tout, capable de déployer, ils évoquent, en épilogue à leur histoire, cette anecdote belle et bien avérée :


« En 2002, l’homme dans le costume de singe, Stuart Drummond, s’est présenté aux élections municipales avec un programme aussi concis que percutant : « Des bananes gratuites pour tous les écoliers. » Et comme la population voulait exprimer un désaveu sonore envers les caciques locaux en place depuis toujours, il a été élu. Le singe H’Angus est devenu le premier maire anglais à être élu au premier tour. »


Une idée pour un prochain album peut-être ?


 

Citation:


- Des bouseux ! Voilà ce que vous pensiez trouver, pas vrai ! Des gars de la campagne, un peu simples d’esprit, hein ? Eh bien manque de bol, c’est raté, tu vois ! Si vous vouliez tomber sur des bouseux, fallait taper un peu plus au nord, du côté de Seaham !
- Ou en Ecosse ! Chez ces dégénérés de culs-à-l’air bouffeurs de tripes de mouton à la sauce à la merde de sanglier !




Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires