Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 13:11





O, lassitude des jours qui se suivent et se ressemblent ! On se met en couple et on croit que la vie va devenir plus facile, moins monotone –plus drôle et moins humiliante. Et puis on se réveille un matin et on se rend compte que la journée qui s’annonce ne va être ni plus ni moins différente que celle qui s’est déjà écoulée la veille. Et pire que cette lassitude, on traîne avec soi ce boulet qu’on appelle conjoint. Tartines beurrées, mauvaise haleine, ronchonneries du matin et teint verdâtre, bienvenue dans le pays des sales tronches et des regards noirs. Midi, il faut faire semblant de s’occuper. Après le gratin dauphinois, initiation au jogging –seule incursion du côté de l’originalité, mais incursion désastreuse pour les corps habitués au seul exercice de la télévision. Enfin le soir, et son repos bien mérité, sauf si le premier samedi du mois a sonné. Dans ce cas, il faudra se soumettre à l’obligation conjugale. Mieux c’est simulé, plus vite c’est terminé ; monsieur pourra se remettre à ronfler tranquillement tandis que madame essaiera tant bien que mal de s’endormir malgré les décibels.




Avec Matin, midi et soir, Binet nous propose un volume rusé de sa série des Bidochon. Quel thème plus ouvert que celui de la répétition des jours pour nous donner un aperçu des actes les plus anodins mais cependant les plus truculents d’un couple blasé, uni par l’atavisme des habitudes ? En tête-à-tête à l’intérieur de leur appartement, n’étant plus distraits par leurs congénères venus de l’extérieur, Robert et Raymonde révèlent toute la cruauté qu’ils dissimulent habituellement derrière leur hypocrisie civilisée et courtoise. Homme et femme ne semblent pas faits pour s’entendre –plus généralement : ni Robert ni Raymonde ne semblent pouvoir s’entendre avec personne.




Sur le thème de la routine et de la banalité, Binet semble intarissable et n’a pas fini de nous livrer ses intarissables trouvailles. A son humour habituel s’ajoute cette fois toute la cruauté nécessaire à ce que les bonnes blagues deviennent des piques acerbes que s’échangent Raymonde et Robert au cours de longs duels absurdes et grotesques. Heureusement que le divorce ne semble pas encore être rentré dans les mœurs des Bidochon. Pour le lecteur, il serait bien triste de les voir se séparer !


Citation:
Si tu crois que c’est facile de se lever dans les mauvaises haleines dès le matin !! Déjà que je suis d’un naturel patraque !




Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires