Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 16:36



« Les fourmis » est le terme élégant que Boris Vian a retenu pour nous parler de la guerre. Les fourmis, ce sont celles qui parcourent les jambes de ce soldat qui ne peut plus bouger parce qu’il a marché sur une mine. Il se sait condamné et ordonne à ses camarades de continuer leur route sans lui. A travers son regard, on plonge dans l’absurdité militaire la plus totale. Le ton détaché de Boris Vian n’y est pas pour rien : sa manière atroce de s’attarder sur les cruautés de la guerre en renforce l’horreur. Impossible de ne pas rire, bien sûr, à la lecture de cette nouvelle, mais le rire est malsain et n’est qu’un moyen de décompresser au milieu d’un univers qui a perdu tout son sens.

« On est arrivés ce matin et on n’a pas été bien reçus, car il n’y avait personne sur la plage que des tas de types morts ou des tas de morceaux de types, de tanks et de camions démolis. Il venait des balles d’un peu partout et je n’aime pas ce désordre pour le plaisir. »


On sent, dans cette nouvelle, que les idées qui animent alors Boris Vian sont celles que l’on retrouvera plus tard avec sa chanson du Déserteur.
Toutes les nouvelles de ce recueil ont en effet été écrites dans la jeunesse de l’écrivain, et laissent présager de ses futures œuvres. Tout est déjà là : les thématiques de la guerre, de la musique, de l’amour, donnent leur direction à chaque nouvelle ; l’humour pince-sans-rire qui pioche dans l’absurde pour égayer ses lecteurs se trouve à chaque détour de page ; les bons mots et la verve qui font reconnaître le style de Boris Vian parmi des centaines d’autres auteurs.

Évidemment, aucune de ces nouvelles n’est à la hauteur des chefs d’œuvre de Boris Vian que sont, par exemple L’écume des jours, L’herbe rouge ou L’arrache-cœur. Certaines pêchent un peu par la faiblesse de leur intérêt dramatique et des conversations pas toujours très mordantes, mais d’autres recèlent de vrais bijoux, que l’on déguste comme un apéritif aux œuvres majeures de Boris Vian.

« Le directeur de l’asile regarda André s’en aller. Il marchait les coudes collés au corps et la tête pliée à l’angle droit vers l’arrière.
- Il est complètement guéri, pensa le directeur.
Trois mois auparavant, quand on le lui avait amené, ce pensionnaire tranquille ne pouvait se déplacer que les bras écartés, en regardant son nombril et en faisant avec sa bouche un bruit de bourdon.
- Cas remarquable, ajouta pour lui-même le directeur. Il sortit un paquet de cigarettes, s’en fourra une dans l’oreille, se mit à chiquer l’allumette en sautillant d’un pied sur l’autre et regagna, à quatre pattes, son bureau. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

Pierrot 24/10/2015 17:09

Merci beaucoup, ça m'a aidé pour mon DM ;)
Je cherchais surtout à savoir où et quand mais le pourquoi m’intéressait aussi. Super !
Pierre