Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 11:25



Pour laisser une idée de l’intérêt éventuel que j’ai pu accorder à ce livre, j’aurais aimé, à la manière de John-Harvey Marwanny, écrire une lettre d’insultes les plus fleuries. Parcourant les unes à la suite des autres les missives les plus platement injuriantes et les plus tristement monotones de ce livre, j’imaginais déjà une liste des plus beaux noms d’oiseaux que je pourrais adresser à l’auteur, et une lettre longue de plusieurs pages s’écrivait déjà dans la partie critique de mon hémisphère gauche. J’aurais voulu déplorer la faible consistance des lettres, inversement proportionnelle à leur taux de clichés, ou encore la pusillanimité du choix de leur destinataire, s’opposant à une fanfaronnade gratuite de jurons prépubères. Quel ne fut pas mon désarroi lorsque, arrivant enfin à la dernière page de ce pourtant court recueil, je tombai sur cette dernière lettre : « Vous souhaitez vous plaindre de la médiocrité du présent ouvrage ».


Effectivement, je souhaitais me plaindre des Lettres d’insultes de John-Harvey Marwanny, et je souhaitais avant tout me moquer d’un auteur qui, en insultant tout le monde, aurait oublié d’insulter le plus beau, c’est-à-dire lui-même. Mais la surprise naît de la monotonie des injures précédentes, et c’est lorsqu’il s’agit de se prendre en grippe contre lui-même que John-Harvey Marwanny se montre le plus pertinent –prouvant ainsi une imperfection qui ne serait que partielle. Aussi ne pouvons-nous que nous incliner lorsqu’il imagine la lassitude de son lecteur confronté à son recueil : « En 30 petites pages (dont à peine 15 de texte), vous parvenez tout de même à utiliser 13 fois le mot « merde », 11 fois « con », 10 fois « putain », 11 fois « couille » et ses divers synonymes et deux fois « trou du zob » ! » car, en effet, nous aurions pu espérer un peu plus d’imagination dans le déferlement des insultes qu’un banal « vous êtes une bande de gros cons » ou « une promotion de merde dans ta boîte de merde » -ce que n’importe quel enfant balbutiant qui n’aurait pas encore fini d’apprendre à lacer ses chaussures serait déjà capable de prononcer.


Enfin, parce que ce commentaire indigné commence à devenir plus long que le livre lui-même, je conclurai en ces mots pertinemment adressés par John-Harvey Marwanny à lui-même :


« Cinq euros pour une déjection pareille ! Il faut le voir pour le croire. Pour ma part, la prochaine fois que j’aurai besoin d’une crotte, je recourrai à ma production personnelle. »


La boucle est bouclée, et je vous laisse tout le loisir de me faire parvenir vos plus plates injures pour n’avoir pas assumé jusqu’au bout ma prétention à insulter dignement John-Harvey Marwanny.





Citation:
-Vous avez encore perdu au Loto ou à l’Euromillion-

Au fil des ans, j’ai bien gagné quelques dizaines d’euros par-ci par-là, mais j’ai claqué au final l’équivalent de 6000 euros pour vos jeux débiles. 6000 euros bordel ! A ce prix-là, j’aurais pu payer une nouvelle paire de mamelles à ma grosse ! Ou aller aux putes une bonne centaine de fois : ça m’aurait peut-être un peu plus décongestionné le bulbe.




Z'en voulez d'autres ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires