Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 09:18




« Elle m’a niqué une aile, la salope ! »

Lo revisite le roman grec Daphnis et Chloé de Longus, à la mode du 21e siècle. Une mode de la décontraction, de l’innocence bêbête qui rencontre le langage cru des satyres, une mode des couleurs clinquantes et des traits ronds qui monopolisent le regard jusqu’à l’usure.




On peut voir dans Lo une adaptation légère et joyeuse de Daphnis et Chloé, mais je n’y ai personnellement vu qu’un manuel de « La poésie bucolique pour les nuls ». Rendre accessible les mythes et les grandes figures de la Grèce Antique est une bonne chose, mais la transformer en une croûte scatologique fière de ses blagues à deux balles en est une autre.


« Et toi, bougre d’andouille ! Ca t’amuse de me voir me faire massacrer les roubignoles ?! Quel cornichon ce chien ! »



L’album est parsemé de petites phrases assassines prononcées du bout des lèvres d’innocentes nymphes qui, pensant seulement faire une petite sieste avec leurs élégants bergers, finissent entre les grosses mains avides des satires. Ca fait sourire une ou deux fois, et puis on finit par ne plus remarquer ces petites piques. L’histoire se laisse lire avec un certain amusement, mais ça ne fait pas plus d’effet que de boire un verre d’eau tiède sucrée. Les personnages ont peu de relief, tous la même personnalité. Gentillets, un brin vulgaire (mais ceci en toute innocence), ils aiment se rebeller mais reviennent toujours là où on les attendait. Et ce n’est pas le plaisir un brin pervers que l’on prend à voir ces écervelées de nymphes se faire fouetter par Diane la chasseresse qui rattrapera les dégâts…

Partager cet article

Repost0

commentaires