Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 10:53




Le format atypique de cette bande dessinée -500 pages au compteur- annonce d’emblée le caractère pas moins étonnant de son contenu. Aucune crainte à avoir quant à la lisibilité de cet ouvrage : malgré un nombre de pages élevé, l’histoire s’égrène tranquillement, ménageant de longues plages de silence ou de contemplation. Pas plus de deux ou trois séquences par page (difficile de parler de « case » lorsqu’aucun cadre ne vient délimiter de contour précis) et un dessin épuré au possible. La sensation de se balader dans le vide n’est jamais loin. Sensation qui décrit parfaitement ce que ressentent les deux personnages de cette histoire, et qui permet au lecteur de se familiariser immédiatement avec leur quotidien. Lucille et Arthur flottent au milieu d’une existence vide dont ils espèrent bientôt voir l'issue –à moins qu’un miracle ne se produise.

Chez les deux adolescents, la source du désespoir est familiale. Arthur a grandi sous la domination d’un père violent et alcoolique qui a fini par se suicider, comme son grand-père auparavant. A la mort du patriarche, le fils reçoit son prénom en guise d’offrande posthume, portant jusque dans sa dénomination la malédiction rodante du suicide… Quant à Lucille, elle grandit sous le joug étouffant d’une mère trop protectrice. Le dégoût de son corps, ses relations ambigües avec les hommes et une sexualité obsédante sont désignés comme symptômes tout trouvés de son anorexie.


Pour donner un nouvel élan à leur existence mal foutue, à deux doigts de se terminer, fallait-il que les deux désespérés se rencontrent ? Peut-être pas forcément, mais en tout cas, leurs chemins se croisent lorsque Arthur vient livrer à Lucille des paquets entiers remplis de Nutrilor. Surprise dans sa faiblesse et dans sa nudité maladive, Lucille ne peut pas mentir à Arthur. C’est le point de départ d’une relation franche qui permettra à deux sensibilités éprouvées de se rapprocher. Les expériences vécues par chacun sont peut-être différentes mais elles se rejoignent dans l’émergence d’une émotion commune qui permettra à Lucille et Arthur de se sentir en phase.

Si Lucille et Arthur sont incapables de se sauver eux-mêmes, en revanche, ils semblent entièrement dévoués à la cause de l’autre. Ils trouvent le courage de sortir de leur existence déplaisante et prennent la fuite vers la Toscane, où ils seront hébergés dans un grand domaine en échange de quelques services. On comprend alors quelle symbolique se dissimule derrière les représentations fréquentes de Lucille et d’Arthur en insectes : petites larves enveloppées dans un cocon trop étroit, elles ne vont pas tarder à révéler le fond exact de leur personnalité. En d’autres termes, le récit de leur escapade est également le récit d’une résilience commune. Le bonheur partagé avec l’autre semble pouvoir abolir le passé, et même s’il revient encore à travers quelques réminiscences et autres mécanismes bien accrochés, il a perdu de sa puissance. Mais le fait est que ce passé a rendu Lucille et Arthur définitivement vulnérables et qu’ils sont mal armés pour faire face aux affronts du quotidien. Un pas de travers, à la moindre difficulté qui surgit, leur bonheur difficilement acquis s’émiette et la malédiction réapparaît, aussi vive qu’auparavant.


On le voit, l’histoire de Lucille et Arthur est très nuancée et ne s’inscrit ni dans la complaisance dans le malheur, ni dans l’enchantement halluciné du bonheur retrouvé. On pourra peut-être se montrer froissé de quelques raccourcis faciles empruntés par Ludovic Debeurme lorsqu’il s’agit d’évoquer le mal-être d’Arthur ou la maladie de Lucille –bien trop entachée par le complexe œdipien- mais on les lui pardonne sans trop de difficultés. Parce qu’il a voulu aborder l’histoire de ses deux personnages sans se montrer trop bavard, on comprend qu’il ait dû consentir à quelques facilités qui se montrent de toute façon bien loin des clichés grotesques que l’on peut parfois trouver dans d’autres récits du même genre. L’essentiel n’était sans doute pas de revenir sur les causes de la fragilité des personnages mais de partager avec eux leurs tentatives de s’arracher de leur passé dans le partage d’une existence commune. Lucille est un récit juste et touchant dont l’humilité permet de faire oublier ses quelques défauts.

De nombreux détails font mouche...


Citation:
Je compte… Je compte tout…les mouettes… les rafales de vent… mes pas, bien sûr… mes pas… les heures… les feuilles… les mots… Les mots dans les phrases…
Pourquoi je compte… Je n’en sais rien…
Je ne peux pas m’en empêcher. Si je ne le fais pas, je crois que quelque chose de grave va arriver… Que quelqu’un va tomber malade… Que mon père… Que mon père va mourir… A cause de moi…
Peut-être que j’voudrais bien qu’il crève, en fait.


Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires