Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 19:04


Messieurs les ronds de cuir s’agitent, en précurseurs bien sentis d’une société de services qui prendra véritablement son essor huit décennies plus tard, dans le sillage d’une administration sans laquelle leur personnalité n’aurait pu se déployer avec panache. Qu’il s’agisse d’une nature contestataire, obséquieuse, gâteuse ou romantique, l’enfermement administratif exacerbera les tendances les plus fines ou grossières de chaque personnage.


George Courteline ne cherche pas à se montrer subtil : l’administration est un cirque qui ne s’assume pas, et plus la démonstration sera voyante, plus elle sera pertinente. Piochant parmi des journées aléatoires prises sur le courant de plusieurs mois afin de nous montrer la constance imperturbable des caractères les plus hétéroclites, George Courteline nous fait fanfaronner un patron gentillet, véritable figure d’avant-garde du paternalisme, pour lequel se dévoue un Saint-Homme éperdu, présent dans les bureaux de l’aube jusqu’à la nuit et allant même jusqu’à négliger ses jours fériés, au contraire d’un Lahrier qui enterre famille et amis pour justifier ses absences. Letondu, débile profond qui confond administration et centre thermal fait gigoter ses pieds dans une bassine d’eau chaude savonneuse, tandis que La Hourmerie, précis dans son travail comme dans ses détestations, aimerait licencier à tout va les incapables qui l’entourent, si Monsieur le Directeur voulait bien s’en donner la peine…


Comme il existe l’administration kafkaïenne, il devrait exister l’administration courtelienne. Plus du tout angoissante, car non offensive et débonnaire, l’administration courtelienne se contenterait d’être ce que ses employés ont bien voulu en faire : une inutilité qui se cache derrière la paperasse et l’immensité de son organisation :


« Les uns (ce sont les rédacteurs) rédigent des lettres qui ne signifient rien ; et les autres (ce sont les expéditionnaires) les recopient. Là-dessus arrivent les commis d’ordre, lesquels timbrent de bleu les pièces du dossier, enregistrent les expéditions, et envoient le tout à des gens qui n’en lisent pas le premier mot. Voilà. Le personnel des bureaux coûte plusieurs centaines de millions à l’Etat. »


Contrairement à l’administration kafkaïenne, les employés ne sont pas piégés par un système aliénant en soi : ce sont les employés, par la somme de leurs défauts, piégés dans un individualisme exacerbé, qui rendent l’administration absurde pour qui n’en ferait pas partie. La force de l’écriture, bien que légèrement mordante, en perd un peu de son audace. Les blagues les plus virulentes restent seulement gentilles. Comment expliquer cela ? Sans doute George Courteline a-t-il été trop clairvoyant et a-t-il relevé trop précisément les limites de la bureaucratie telles que nous avons aujourd’hui l’habitude de les dénoncer. Et c’est dans ce style un peu discordant, entre forme datée et fond d’actualité, que George Courteline résumera tout cet absurde système :


« Voyons, raisonnablement, à quoi est-ce que nous sommes bons, vous, moi, et les milliers de messiers qui vivent du budget des administrations ? A rien du tout, vous le savez parfaitement, qu’à compliquer un tas d’affaires qui iraient toutes seules sans cela. Ne voilà-t-il pas de belle besogne ! »

 

 

Lecture du texte : ICI 

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires