Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 22:01

 

Le vin qui trop cher m’est vendu,
M’a la force des yeux ravie,
Pour autant qu’il m’est défendu,
Dont tous les jours m’en croît l’envie.
Mais puisque lui seul est ma vie,
Malgré les fortunes senestres,
Les yeux ne seront point les maistres
Sur tout le corps, car, par raison,
J’aime mieux perdre les fenestres
Que perdre toute la maison.


Clément Marot (1496-1544)

 

 



Le buveur (1914), Umberto Boccioni

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Citation
commenter cet article

commentaires

Cédric 09/02/2012 10:08

J'aurais misé sur Omar Khayam en lisant le titre :)