Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 12:55



Si le Zarathoustra de Nietzsche vous parut être un homme admirable, vous découvrirez Par-delà le bien et le mal comme la source théorique de l’application de sa ligne de conduite.


Zarathoustra, on s’en souvient, vivait loin des hommes, retiré dans la montagne, au milieu d’une nature indocile et souvent peu confortable mais qui savait par ailleurs procurer l’extase de la puissance et qui permettait à la force vitale du presque-surhomme de se délier avec panache. Cette vie solitaire (qui n’est pas solitude) aura permis à Zarathoustra de prendre du recul sur les jugements émis par les hommes depuis des millénaires, et qui continuent encore à circuler aujourd’hui alors que la réflexion devrait conduire à cette évidence absolue : ils ne contribuent pas à élever l’homme et lui font perdre l’équilibre lorsqu’il s’essaie à avancer sur la « corde tendue entre l’animal et le Surhomme », la « corde tendue au-dessus d’un abîme ». Encore un bouquin de misanthrope ? Pas vraiment puisque Nietzsche mena une vie très mondaine, au moins jusqu’à ses quarante ans, fréquentant les meilleurs salons de Bâle. La philosophie de Nietzsche n’est donc pas une pure œuvre spéculative. Elle résulte d’une expérience réelle de la vie sociale, dans ce qu’elle a de pire et de meilleur, nourrie ensuite d’une solitude brusque et forcée qui, dans le contraste, permit certainement à Nietzsche d’élaborer les réflexions qu’on lui connaît.


L’affrontement des forces majeures du Bien et du Mal n’existe pas de manière absolue, et c’est peut-être bien leur avantage. Elles se dispersent sournoisement et il s’agit de les traquer avec attention, ce que fait Nietzsche en s’aventurant dans les domaines des valeurs, des vérités et du pouvoir. Ici, on les appelle péché ou vertu, honte ou pudeur, crime ou charité ; ailleurs on les appelle ignorance ou savoir ; là on les appelle obéissance ou autorité. Mais qui a défini ces normes ? Quelles ont été les motivations de ceux qui les ont choisies ? Avant de cheminer Par-delà le bien et le mal, Nietzsche remonte à leurs sources et voit la dualité émerger avant même la naissance du christianisme, lorsque la morale des esclaves exigeait des conditions de vie plus douces, ralentissant ainsi le développement des hommes puissants –ce qu’on appellerait aujourd’hui « nivellement par le bas » ? Plus de pitié, plus de compassion ; Nietzsche avait pourtant essayé d’en faire preuve après avoir lu les exhortations encourageantes du Monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer, et il avait misé sur l’aptitude de l’ « art total » pour y parvenir –mais cette volonté se solda par un échec retentissant lors du Festival de Bayreuth. Nietzsche y perdit toute sa confiance, beaucoup de force, et le goût de vivre lui vint presque à disparaître. Est-il vraiment audacieux de détruire la force vitale des derniers hommes puissants (mais toutefois pas assez pour résister à la contagion néfaste des autres), de les sacrifier dans la tentative de sauver des hommes faibles que rien ne semble pouvoir élever ?


« Plus un homme représente un type d’espèce supérieur, plus ses chances de réussite deviennent minimes : le hasard, la loi du non-sens dans l’économie humaine, apparaît le plus terrible dans les ravages qu’il exerce sur les hommes supérieurs, dont les conditions vitales subtiles et multiples sont difficiles à évaluer. »


Peut-être, en réalité, Nietzsche n’est-il pas si puissant qu’il veut bien le faire croire, et sans doute porte-t-il à bout des réflexions pour tenter malgré tout de s’en convaincre. Pour ma part, peu m’importe que Nietzche soit ou non le prototype le plus avancé du Surhomme. Il s’est peut-être laissé abattre par sa déception, mais il a su la surmonter seul, il a su la magnifier par ses réflexions, sans ne jamais perdre la sensibilité qui fut pourtant cause de son malheur. Et c’est parce que son œuvre reste toujours sensible, profondément personnelle et authentique, qu’elle charme d’emblée. Pourtant, Nietzsche ne veut embobiner aucun lecteur, qui précise, avec son humour caractéristique : « Mais il ne faut pas avoir trop raison, si l’on veut avoir les rieurs de son côté ; un petit soupçon de tort peut être un indice de bon goût ». Ainsi, à mi-chemin entre le système et l’aphorisme, Nietzsche sépare son livre en chapitres distincts, composé de réflexions plus ou moins longues qui pourront former dans un cas des chapitres, dans l’autre des maximes, passant par le spectre de toutes les formes intermédiaires et s’essayant même à la poésie.


Par-delà le bien et le mal est un livre gai et chantant qui ressemble à un hymne pour la liberté. L’immoralisme de Nietzsche n’est pas une absence de règles ni de lois, comme ce serait le cas dans un système anarchique –c’est un moralisme personnel, fondé sur la certitude que, les cieux étant désormais vides de tout Dieu, il faut les repeupler par soi-même. Nietzsche dépasse son inspirateur Schopenhauer, ce pessimiste qui ne proposait aucune solution, en exhortant l’homme à rechercher en lui ses propres valeurs et ses sincères aspirations. Il rejoint parfois Spinoza en faisant de la recherche un moteur essentiel du développement de l’humanité et un réconfort contre les bassesses de l’existence, mais il se montre moins extrême et plus sceptique lorsqu’il prévient déjà l’orgueil de ceux qui croiront avoir trouvé LA vérité alors qu’il ne s’agirait en fait que de LEUR vérité, ajoutant à l’Ethique spinoziste la souplesse qui lui manquait peut-être. Enfin, Nietzsche se fait précurseur de l’existentialisme sartrien lorsqu’il dénonce et moque l’hypocrisie des bonnes manières qui, non contentes de berner les autres, aliènent également celui qui en fait preuve par pure convention :


« Sa complaisance habituelle envers toute chose, tout évènement, l’hospitalité sereine et impartiale qu’il met à accueillir tout ce qui l’attaque, sa bienveillante indifférence, sa dangereuse insouciance du oui et du non, hélas ! toutes ces vertus, il a souvent à s’en repentir et, comme homme surtout, il devient trop aisément le caput mortuum de ces vertus. Réclame-t-on de lui de l’amour et de la haine –j’entends de l’amour et de la haine comme les comprennent Dieu, la femme et la bête-, il fera ce qui est dans son pouvoir et donnera ce qu’il peut. Mais on ne s’étonnera pas si ce n’est pas grand-chose, -s’il se montre justement ici faux, fragile, mou et incertain. »


Parce que la philosophie de Nietzsche semble plus légère, sensible et émotive que celle de la plupart des autres « philosophes », on lui a souvent reproché de n’avoir qu’un charme captieux. Ce serait là n’avoir pas réussi à surmonter cette certaine forme de moralité qui oppose la raison à l’émotion car –à bien y réfléchir- quel mal (ou quel bien) y a-t-il à se laisser persuader plutôt qu’à se laisser convaincre ?



 
Agrandir cette image

Gustave Moreau, Oedipe et le Sphinx



« Toute tentative d’aller au fond des choses, d’éclaircir les mystères est déjà une violence, une volonté de faire souffrir, la volonté essentielle de l’esprit qui tend toujours vers l’apparence et le superficiel –dans toute volonté de connaître, il y a une goutte de cruauté. »





Spoiler:
Citation:
- Voyageur errant, qui est-tu ? Je te vois suivre ton chemin sans dédain, sans amour, avec des yeux indéfinissables, humides et tristes, semblables à une sonde qui, insatisfaite, est revenue des profondeurs à la lumière –qu’a-t-elle donc cherché là-bas ?- avec une poitrine qui ne soupire pas, une lèvre qui cache son dégoût, une main qui ne saisit plus que lentement : qui es-tu ? Qu’as-tu fait ? Repose-toi ici : cet endroit est hospitalier à chacun –repose-toi ! Et qui que tu sois, dis-moi ce dont tu as envie ? Ce qui peut te réconforter ? Dis : ce que j’ai, je te l’offre ! – « Me réconforter ? Me réconforter ? Homme curieux que tu es, que dis-tu là ! Donne-moi donc, je te prie – Quoi ? quoi ? parle ! – « Un masque de plus ! un second masque ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires