Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 14:35






L’invasion avait commencé dès le printemps avec une déferlante de fraises… Puis sont arrivés les cerises, les framboises, les cassis, les groseilles et les mûres… Vinrent ensuite les pêches, les abricots, le melon, et bientôt les pommes, les poires et les prunes… A moins de trouver cela particulièrement agréable d’observer la lente mais certaine décomposition des fruits qui s’entassent par dizaines de kilos, il faudra bien en faire quelque chose…

La confiture, comme le dit Alain Sagault dans sa préface, représente « le grand rêve de la conservation », qui est aussi « un des plus anciens de l’humanité ». Elle est un des instruments permettant de s’assurer « la survie pendant les périodes de disette », faisant d’ « aliments périssables » une manne dans laquelle on pourra venir se servir tout au long de l’année dans la seule limite de sa gourmandise.




Surprise, en ouvrant le livre, de découvrir non seulement les confitures de nos fruits les plus classiques, déclinés toutefois en de nombreuses variations toutes plus savoureuses les unes que les autres (cassis et rhubarbe, cerises à la menthe, miel de poire…), mais aussi des recettes permettant de mettre en valeur des fruits plus inattendus (gelée de pamplemousses, marmelade de noix de coco, confiture de litchis et de pommes…) ou des bases qui échappent à toute qualification précédente (gelée de jasmin, gelée de genièvre, confiture de betteraves rouges…). En peu de pages, ce Petit traité gourmand des confitures cumule un nombre de recettes impressionnant et balaie le panel du plus classique au plus original.

Mieux que ça, les introductions au livre, réalisées par Alain Sagault et Gilbert Fabiani subliment le plaisir gustatif de la confiture en nous rappelant sa charge symbolique. Aliment séculaire –sinon millénaire-, elle répond à la fois aux besoins simples et primaires de l’humanité : s’assurer une source de nourriture disponible toute l’année, ne pas gaspiller de denrées alimentaires, se faire plaisir gustativement ; mais aussi à ses aspirations créatrices voire spirituelles : réussir une alchimie complexe, s’essayer à de nouveaux arrangements, s’émerveiller de ce processus qui permet de faire traverser des années à des fruits qui, s’ils n’avaient pas fini dans un bocal de confiture, seraient devenus blets au bout de quelques jours. La confiture représente en quelque sorte les premiers pas de l’homme vers l’immortalité…appliquée aux fruits ! Et si elle ne se contente pas de se tourner uniquement vers l’avenir, la confiture inscrit l’homme dans la continuité d’une histoire constituée d’héritages. Par le processus de répétition de pratiques vieilles comme la civilisation, nous voilà parfaitement inscrits dans une lignée qui a fait honneur à la vie et qui a su en préserver les fruits à force de créativité et d’intelligence.

Dans un recueillement humble, savourez donc une cuillère de cette délicieuse gelée de mûres…


Et des extraits succulents :

Citation:
La confiture fait partie de ces expériences essentielles où se manifeste notre potentiel d’humanité. Elle nous rappelle, que dans la course folle de notre société prétendument civilisée, nous perdons le sens, l’origine des choses alors qu’une simple fleur de pissenlit est capable de nous relier au monde d’une façon inextricable.






Citation:
La gelée, on se mettrait parfois à genoux devant, mais elle garde un côté ecclésiastique, quasiment désincarné : elle a beau faire, elle sent le presbytère. Et s’il arrive qu’elle atteigne à la spiritualité, elle reste trop souvent mièvre et doucereuse comme une vierge qui s’est trop respectée : qui veut faire l’ange fait la bête, disait Pascal, qui penchait pourtant du côté de l’âme, mais sans y perdre son bon sens.






Citation:
Magique et mystique sont bien les adjectifs propres à la confiture : il ne s’agit pas seulement de conserver, mais de restituer la quintessence, la substantifique moelle du fruit, tranchons le mot, son âme. Car les fruits, tout comme les fleurs, et contrairement à cette partie aveugle de l’humanité qui ne croit qu’à ce qu’elle voit, ont une âme.




Confiture et fessée, un couple quand même plus excitant que Nutella et télé. L’aventure, vous dis-je !

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires