Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 12:31
 


Que personne ne bouge ! Personne ne meurt ! Avec Philoctète, Sophocle nous épargne les assassinats cruels, les suicides grandiloquents et les représailles vengeresses. Pour autant, on ne peut pas dire qu’on se repose… Si la mort n’est pas toujours belle à voir, la vie ne l’est pas davantage, surtout lorsqu’elle s’acharne sur un personnage en particulier.


Ainsi en est-il de Philoctète. En route pour Troie à bord d’un bateau, il se tire par inadvertance une flèche dans le pied. Le pied se gangrène et pour ne pas finir ensevelis sous des fragrances infâmes, les compagnons de Philoctète abandonnent le malheureux sur l’île déserte de Lesbos. Au moment où nous le découvrons dans la tragédie de Sophocle, dix années se sont écoulées depuis cet accident. On imagine aisément que toutes ces années ont permis à Philoctète de nourrir une haine sans faille pour ses compagnons de voyage… mais voilà que ceux-ci désirent désormais l’extirper de son île déserte pour le rapatrier vers Troie. Compassion ? Remords ? Que nenni ! Un oracle a prédit que Troie ne pourrait être prise sans Philoctète et ses fameuses flèches confiées par Héraclès.


Parmi ces fameux compagnons –qu’on préfèrerait ne pas avoir- se trouve Ulysse. Il débarque sur l’île de Lemnos en compagnie de Néoptolème, fils d’Achille, qu’il persuade d’aller à la rencontre de Philoctète pour l’attirer dans un bateau en direction de Troie. La ruse est de rigueur… Le brave Néoptolème s’oppose de tout cœur à cette trahison mais trop obéissant pour refuser de se soumettre aux ordres d’Ulysse, il obtempère malgré tout. La ruse fonctionnera-t-elle ou non ? Philoctète embarquera-t-il finalement pour Troie ? Découvrira-t-il la machination dont il a été la victime ? Êtes-vous certain que personne ne mourra ? (allez, rien qu’un cadavre, pour le plaisir !)


Si la tragédie s’inscrit, comme d’habitude avec Sophocle, dans les corps et les chairs meurtris, la pièce de Philoctète insiste particulièrement sur l’aspect psychologique de ses personnages. Les ruses déployées pour contrer les émotions sont bientôt détournées par de nouvelles et imprévisibles réactions –grandiloquentes, comme à leur habitude.


Pour moi qui ne suis qu’une hérétique, pour moi qui ne connais de la légende de Philoctète que cette version donnée par Sophocle –et qui ne peux donc la comparer à aucune autre-, je ne lui trouve qu’une valeur mythologique et historique. La lecture n’est pas désagréable mais n’enchante pas non plus. Elle ne provoquera pas d’étonnement, ni même de plaisir particulier. Même si Philoctète, Ulysse et Néoptolème sont des êtres humains, ils semblent si désincarnés qu’on lit leurs aventures comme on regarderait des dieux s’affronter dans le ciel, très loin de nous. Si loin qu’ils nous échappent…



Agrandir cette image

Philoctète blessé de Nicolai Abraham Abildgaard


« PHILOCTETE. – […]
O grèves, promontoires, fauves que je rencontre dans la montagne, rochers abrupts, vous mes seuls confidents, les témoins habituels de mes plaintes, vous voyez ce que m’a fait le fils d’Achille : il jurait de me rapatrier, et il m’emmène à Troie ; il me tend sa main droite en gage de sa promesse, je lui confie les armes sacrées d‘Héraclès, fils de Zeus, et il les garde pour parader devant les Argiens ! Comme s’il eût fait prisonnier un homme vigoureux, il m’emmène de force, sans voir qu’il tue un mort, l’ombre d’une fumée, une vaine image ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

Dominique 16/09/2013 12:51

Je viens de relire L'Iliade et se replonger parmi ces héros est à la fois fascinant ET parfois aussi un peu incompréhensible

Colimasson 17/09/2013 09:08



Dommage, il manquerait une grille de compréhension claire.