Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 13:23








Topor aurait été content. Ce dictionnaire biographique n’est pas n’importe quelle tentative de vulgarisation à l’usage de l’indifférent car il est avant tout le résultat d’une vive amitié entre Roland Topor et Laurent Gervereau. Allant dans le sens d’une évolution que n’aurait pas renié l’artiste multiforme, ce modeste (presque) tout Topor avait d’abord porté le titre plus solennel de Dictionnaire Topor, conçu et revu sous son égide. Si les lecteurs italiens ont pu immédiatement profiter de cette première mouture, il aura fallu attendre la mort de Roland Topor pour que paraisse sa version française, très rapidement épuisée. A nouveau contenu, nouveau titre : aujourd’hui paraît la version revue et augmentée de ce premier Dictionnaire Topor. Pas de quoi faire remuer Roland dans sa tombe : les ajouts ciblent surtout la collaboration de l’ami Gervereau dans cette entreprise et quelques derniers dessins que notre plaisir ne rechigne pas. Pour le reste du contenu, les extraits de textes, les informations biographiques et les dessins sont toujours répertoriées sous la forme classique du dictionnaire.


Le langage est quand même bien fait : le B de l’entrée « Biographie » arrive presque en tête du classement alphabétique, ce qui nous permettra de connaître le parcours de Roland Topor plus précisément avant de découvrir son œuvre multiforme. L’artiste, au nom relativement peu connu eut égard à la quantité de réalisations qui furent siennes, a travaillé à la fois en tant que dessinateur et écrivain, mais il a aussi collaboré pour la réalisation de films, d’affiches publicitaires, de collages, d’installations et de chansons. La légende suit implicitement leur présentation et il n’est besoin d’aucun commentaire pour comprendre que Roland Topor ne suivait aucune démarche préalablement réfléchie. La recherche d’une expression multiforme se conjugue à l’originalité d’un humour amer qui mêle allègrement érotique et morbide. Roland Topor ne semble toutefois pas avoir pour ambition de se constituer l’image d’un artiste rongé par des pathologies névrotiques. On parcourt son œuvre et on comprend que l’utilisation d’images fortes n’est pas une fin en soi mais correspond à la manière publicitaire de capter l’attention d’un spectateur pour lui véhiculer un message quasi-subliminal. Dans le cas de Topor, aucun message définitif ne nous est assené. On reste souvent désarçonné devant un texte ou une image qui nous trompe sur sa signification. Les réalisations de Topor deviennent bientôt des miroirs réfléchissants mais aussi déformants : un détail particulier devient saillant sous l’observation avisée du maître illusionniste.


(presque) tout Topor porte bien son nom. Ses pages contiennent un peu de l’artiste et un peu de l’homme, juste ce qu’il faut en connaître pour que la synergie des deux facettes nous ouvre sur la compréhension d’un univers qui suit son siècle. Le refus de la société de consommation se couple à l’intérêt accru pour une forme d’art qui n’avait jamais réussi à trouver ses spectateurs jusqu’alors. On pense à l’émergence de l’art naïf et primitif lorsque Roland Topor souligne l’intérêt des [/justify]dessins d’enfants, par exemple (« Pourtant beaucoup de ces dessins possèdent de grandes qualités sur le plan esthétique, émotionnel, symbolique… »). Le mélange d’un humour primesautier à des saillies verbales parfois violentes rappelle l’art d’un Boris Vian qui s’amusa lui aussi, en musique et en mots libérés de leurs anciens carcans. Si ce dernier souffrait de troubles cardiaques provoqués par une angine infectieuse, Roland Topor souffre d’un asthme métaphorique, se rapprochant par la même occasion d’un Emil Cioran dont il cite l’influence directe : « Cioran dit quelque part : « La réalité me donne de l’asthme ». Je souffre de la même maladie ». Plus loin, une explication des causes de cette maladie : « le sérieux n’est que la crasse accumulée dans les têtes vides ». Roland Topor nous donne la possibilité de rebooter nos cervelles encrassées. On se sent plus frais après avoir cheminé quelques pages en sa compagnie.


Les barges de Bar-Le-Duc (chanson) a écrit:
Elle me chie cette nana
Assise au bout du bar
Si elle s’approche de moi
Je lui colle un coquard
C’est vraiment la pétasse
Qui se case pour la nuit
Son parfum dégueulasse
Me détruit le whisky
Je ne suis pas misogyne
Mais il faut avouer
Qu’il y a des frangines
Qui vous rendraient pédé



La chanson du boucher a écrit:
En rognant mes côtelettes
Je construis je bâtis dans ma tête
Un monde différent
De c’qu’il est à présent
Un monde où les rognons
Les tendrons me cachent plus l’horizon
Un monde où les bouchers
Auraient l’droit d’s’exprimer




 
Agrandir cette image

Bouquet d'ancêtres



Agrandir cette image

Illustration pour les oeuvres complètes de Marcel Aymé



Agrandir cette image

Le fils de Van Gogh



Agrandir cette image

le gourmet



Agrandir cette image

Tauromachie



Agrandir cette image

Tu es vraiment crétin, Samuel



Agrandir cette image

Uranus, 1980



Agrandir cette image

Dessin paru dans la revue Opus International



Agrandir cette image

Pour le Corriere della Sera



Agrandir cette image

Publicité

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires