Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:40





COLIMASSON A GLOBADOS :
Lorsque tout le monde sera devenu son propre biographe à travers le langage binaire des réseaux sociaux, qui aura encore le goût d’ouvrir un livre pour découvrir d’autres existences et d’autres pensées ?


Lenny Abramov, citoyen américain dans un futur proche, fait figure de résistant. Plutôt résistant mou qu’actif : s’il continue de lire alors que tout le monde croit que les livres puent (Lenny met du désodorisant pour se prémunir d’éventuels relents), ce n’est pas par velléité contestataire, bien au contraire. Lenny tremble à l’idée qu’une personnalité mal intentionnée ne découvre son vice, ce qui ferait chuter aussitôt son score de MASCULINITE et anéantirait toutes ses chances de faire bonne façon autour des gazelles à haute teneur en BAISABILITE qui s’agitent autour d’elle. Il n’empêche… Lenny ne se contente pas de streamer ou de scanner Les Chroniques de Narnia, non –il lit Tolstoï, « un LIVRE de mille pages » !


Un peu contradictoire cette passion pour les vieilles pages, surtout lorsqu’elle provient d’un employé des Services post-humains, normalement censé dédier son existence à la recherche de la vie éternelle. Dans une quête quasi-mystique, les taux d’hormones, de glucides, de lipides et de protides deviennent un nouvel échelon en face duquel les êtres humains se mesurent et se comparent. Plus aucune place ne semble être laissée à l’aléatoire. Les goûts ne relèvent plus de l’idiosyncrasie. Les äppäräts mâchent tout le boulot : ce sont eux qui décident de ce que chacun doit penser de son prochain. Une nouvelle forme de noblesse basée sur le pouvoir de la séduction, de la richesse et de la santé s’établit : les meilleurs avec les meilleurs, les pires restent entre eux. Dans une ambiance paranoïaque, où chacun s’efforce de se conformer à un modèle que les scores mesurés par l’äppärät ont défini, les sentiments et relations sincères ont perdu toute signification.


Est-ce parce qu’il fait partie de la vieille génération un peu désuète ? (il approche quand même de la quarantaine, ce qui est vieux), Lenny Abramov s’éprend d’Eunice, une jeune coréenne rencontrée en Italie, le pays des pâtes et des macarons glucidiques. Amour qui semble sincère –peut-être pas dans ses arguments mais dans son fond- mais qui n’a rien d’évident pour une jeune fille bercée par les critères de son äppärät.





Le monde de demain ressemblera-t-il à celui de Super triste histoire d’amour? Si Gary Shteyngart pousse la caricature d’un monde gouverné par des critères de santé et beauté à son apogée, il reste toutefois crédible en s’inspirant des prémisses que nous pouvons apercevoir dès aujourd’hui, en forçant un peu le trait. On ne saura pas comment la transition de la liberté promise par la technologie sera devenue une nouvelle tyrannie, mais le résultat se déploie dans toute son ampleur dès qu’on ouvre la première page de Super triste histoire d’amour. Immersion dans le fond, immersion dans la forme : l’auteur nous présente une histoire multi-support qui permet à différentes voix de s’incarner. Lenny Abramov le vieillot écrit dans un journal ! Eunice, Jennyfer, Sally, Joshie et consorts discutent entre eux par le biais de leur messagerie äppärät ou du réseau social Globados, avec toutes les libertés de ton et d’écriture que nous permet déjà aujourd’hui la messagerie instantanée, mais où s’ajoutent également des logiciels de flicage effrayants et des conseils douteux (« Tuyau de drague Globados gratis : les mecs adorent quand tu ris à leurs plaisanteries. Mais y a rien de moins sexy que toi quand tu veux les battre à leur propre jeu en jouant les bouffonnes ! Quand il sort une blague, souris pour qu’il voie tes dents et sache à quel point tu le « veux », et dis, « Qu’est-ce que t’es drôle ! » Tu lui suceras l’entrejambe en moins de deux, salope » »).


Et puis tout fout le camp. Les Etats-Unis perdent leur hégémonie, et les petits américains font moins leurs malins lorsque leurs äppäräts se mettent à débloquer. Plus question de mesurer son taux de de pH, de « sang intelligent » ou de « traitement bêta ». Retour momentané obligatoire vers les bases oubliées d’un ancien monde, parsemé de quelques technologies modernes rescapées. Retour qui ne s’effectue pas forcément pour le meilleur… parce que l’être humain, à partir du moment où il progresse sur une voie, ne peut plus faire marche arrière comme si de rien n’était.




Entre quelques réflexions sur l’éternité, l’identité, les origines et les relations sociales, Super triste histoire d’amour piétine parfois de longues pages durant. Comme Lenny Abramov, nous restons coincés dans un monde qui ne permet aucune liberté de pensée. Il faut avoir du cran pour résister à la tentation de la facilité, et on accueille avec un plaisir compréhensible les bourrasques verbales échangées sur Globados. Un monde qui calcule tout et nous évite de nous appesantir trop longuement sur la diversité et la complexité des caractères humains serait-il vraiment si horrible qu’on le pense ? Si l’histoire d’amour entre Lenny et Eunice est super triste, c’est parce qu’elle échoue lorsque tous les critères de mesure « objectifs » disparaissent, laissant libre cours au jugement de chacun de s’exercer selon ses propres critères. En ardent rétracteur de l’äppärät, Gary Shteyngart laisse à son tour son lecteur libre d’interpréter son histoire à sa façon, loin des normes du « bien » ou du « mal » -se cachant toutefois derrière une façade de quelques idées convenues parfaitement dispensables.






Tolstoï dans l'avenir :

Citation:


Bref, ce qui m’a un peu fait flipper, c’est que j’ai vu Len lire un livre (Non, ça PUAIT pas. Il met du désodorisant dessus.) Pas scanner un texte comme on avait fait en classiques européens avec La Châtreuse de Parme, je veux dire LIRE pour de vrai. Il avait sorti une règle et il la faisait descendre très lentement sur la page et puis on aurait dit qu’il se murmurait des petites choses à lui-même, comme s’il essayait de tout comprendre dans les moindres détails. Je voulais appeler ma sœur mais j’étais si gênée que je suis restée plantée là à le regarder lire, et ça a duré genre UNE DEMI-HEURE, et finalement il a posé le livre et j’ai fait comme si de rien n’était. Alors j’ai jeté un coup d’œil et c’était ce Russe, Tolstoï, qu’il lisait (ça paraît logique, vu que les parents de Lenny viennent de Russie). Moi qui prenais Ben pour une tronche parce que je l’avais vu streamer Les Chroniques de Narnia dans un café à Rome, mais le Tolstoï, c’était un LIVRE de mille pages, pas du streaming, et Lenny en était à la page 930, presque au bout.




« Mais inquiet, je l’étais. Comment ne pas l’être ? Signalé par une putain de loutre. Merde. »



Images de Miguel Navarro

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires