Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 20:49






“Il dit venir de Rome et il parle en latin… C’est un membre du clergé catholique ? »




Pour une fois, ce n’est plus Lucius qui s’interroge sur l’identité des personnes qu’il rencontre au cours de ses voyages temporels. Il commence à en avoir l’habitude… Le terme de « visages plats » lui suffit pour désigner cette population de japonais qui accueille ses pérégrinations fantastiques. Parmi cette foule indéterminée, il distingue parfois des personnages à part… telle cette baigneuse resplendissante qu’il confond d’abord avec Diane, la déesse de la Chasse, et qu’il finira définitivement par nommer ainsi.






Est-ce parce que les sentiments de Lucius, que l’on croyait figés depuis que son épouse l’avait abandonné, semblent de nouveau exprimer un attrait pour une femme, que son voyage temporel paraît devoir s’achever au Japon ? Vaille que vaille, il aura beau s’épuiser, méditer ou provoquer les plus grands remous dans les eaux de ces terres orientales, il ne parviendra pas à retourner à l’époque de sa chère Rome antique. Diane, aussi intelligente que belle –elle est la seule à savoir parler couramment le latin et, passionnée par la Rome antique, elle dispose d’un diplôme d’archéologie du 3e cycle- s’entretient alors avec Lucius. Croyant tout d’abord qu’il arrive d’Italie voire du Vatican, elle finit par comprendre qu’il affirme venir de l’époque de la Rome antique. Qu’elle le croie ou qu’elle entre sciemment dans son jeu, elle lui souffle alors l’hypothèse que s’il ne peut pas rentrer chez lui, c’est peut-être parce qu’il a une mission de longue haleine à accomplir au Japon… des expériences à y vivre…





Les thermes ne dessinent plus qu’un paysage d’arrière-plan. Dans ce 4e volume, Lucius consent à passer quelques jours au Japon, bien que ses préoccupations romaines ne cessent de lui revenir en tête. Il découvre de manière plus approfondie tout ce qu’il n’avait jusqu’alors qu’entre-aperçu : le tourisme, la cuisine, le rangement, le ménage, l’art des geishas… La découverte la plus frappante reste toutefois celle de l’électricité : Jupiter incarné jusque dans les écrans de télévision ! Lucius passe ces découvertes au prisme de son savoir antique et tente de les interpréter à sa manière. Malgré ces différences culturelles, il reste toutefois une similitude majeure entre la culture japonaise et la personnalité de Lucius : leur rigueur et leur perfectionnisme sont aussi développés chez l’un que chez l’autre, et permettent à l’architecte thermal de s’intégrer à cette société beaucoup mieux qu’on ne l’aurait imaginé.






Bien que la question de savoir si Lucius pourra ou non retrouver sa Rome antique ne se pose pas vraiment –on se doute bien que la réponse sera positive- cette accalmie dans la fréquence de ses voyages temporels semble avoir modifié le regard que porte Lucius sur la civilisation des « visages plats »… de retour chez lui, inventera-t-il le moteur 2000 ans avant l’heure ?


Citation:
[…] au chapitre 43 du tome 2 de son Histoire Naturelle, le grand naturaliste romain Pline écrit, sur la base de ses observations scientifiques, que la foudre, contrairement à ce que relatent les mythes grecs et romains, n’est pas une détonation et une lumière produite par le tout-puissant Jupiter, mais qu’elle est provoquée par la dilatation de l’air au sein des nuages et par les frictions des nuages entre eux. A cette même époque, le magnétisme et l’électricité statique ayant eux aussi déjà été découverts, on peut imaginer que si des expériences combinant tous ces éléments avaient été menées, le moteur électrique aurait pu être inventé il y a plus de 2000 ans.





Diane serait-elle un modèle réduit de Mari Yamazaki ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires