Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 11:00



Timon d’Athènes fera bientôt une croix sur la deuxième partie de sa dénomination… Vivre dans la grande cité grecque ne lui convint qu’un temps, lorsqu’il croyait être entouré d’amis de confiance qu’il régalait de banquets prodigieux et à qui il n’hésitait pas à fournir crédits et autres avances sur dettes… Prodigue jusqu’à s’en compromettre, le brave Timon, qui ne se faisait jamais prier pour mettre la main à la poche afin d’aider son prochain, ne doutait pas qu’on puisse agir différemment avec lui.

La naïveté sera punie. Arrive ce que tout le monde avait prévu, et ce dont Timon avait été à maintes reprises prévenu : sa ruine. Timon hausse les épaules. Il se remémore le nombre de ceux qu’il a aidé et compte sur eux comme autant d’hypothétiques créanciers. Mais lorsqu’il envoie ses valets quémander auprès d’eux, il ne récolte rien de plus que des refus et des excuses embarrassées. Toute une vie de bonté, passée jusque-là pour totalement désintéressée (mais finalement pas tant que ça) prend fin. Timon le philanthrope devient Timon le misanthrope. Toutefois, personne ne s’en doute encore… Pour marquer les esprits de ce changement radical, le grand Timon organise un ultime banquet qui deviendra le symbole de l’aversion nouvelle qu’il éprouve pour ceux qu’il avait pris pour ses amis, et –par extension- pour tous les hommes. Puis, il se retirera loin d’Athènes, préférant bêcher la terre plutôt que de continuer à fréquenter ses semblables -mais aussi parce qu’il ne possède plus rien et qu’il ne veut pas se résoudre à finir mendiant.

Timon le Misanthrope ressemble à un Diogène, à la seule différence près qu’il ne supporte ni la solitude, ni le silence. Même dans son exil hors d’Athènes, il ne sera jamais seul très longtemps, toujours amène à sa manière lorsqu’il s’agit de vitupérer contre la nature humaine. A ce titre, Apémantus, qui abhorre les hommes depuis toujours, semble plus proche de Diogène que ne l’est Timon. La verve superbe qu’il déployait contre ses interlocuteurs, dans des dialogues dont chaque réplique est ponctuée par une pique percutante, se retrouve plus modérée lorsqu’il va à la rencontre du Timon misanthrope. Ultime assaut de son esprit contestataire ? il refuse alors d’admettre la pure misanthropie de Timon car toute haine des hommes ne peut se passer du plaisir de trouver un exutoire dans la parole –contradiction ultime. Surtout, Apémantus tourne au ridicule la soudaine conversion de Timon : comment l’homme prodigue a-t-il pu faire disparaître tous ses bons sentiments en un jour ? La question est de savoir qui, de Timon le misanthrope ou de Timon le philanthrope, est le plus honnête des deux… Entre comédie et tragédie, difficile de trancher, même si le déroulement de la pièce et la condition de Timon en eux-mêmes nous font clairement pencher du côté de la tragédie. Mais il y a dans le personnage des comportements absurdes et des contradictions flagrantes qui le rendent ridicules aux yeux avisés d’Apémantus, le véritable contempteur de l’humanité. Celui-ci n’épargne pas non plus les profiteurs, dont la convoitise rapace est exacerbée à travers les figures du peintre, du poète ou du marchand. Au-delà des portraits extrêmes de la philanthropie ou de la misanthropie, on devine l’esquisse d’une figure de véritable bonté à travers le personnage d’Alcibiade. La peinture est donc riche, qui ne se limite pas à la caricature de quelques personnalités grossières.

Timon d’Athènes mêle le plaisir de la forme à travers un style à la fois lyrique et épique, et le plaisir du fond, qui fait se côtoyer des figures extraites du panel des différents rapports à l’homme que l’on peut dénombrer entre les deux extrêmes de la misanthropie et de la philanthropie. Shakespeare, par la puissance de cette pièce, devient un argument à lui seul défendant la foi que requiert l’humanité !

Timon le philanthrope essaie de convaincre Apémantus des douces joies de la vie sociale :

Citation:
TIMON. – Comment trouves-tu ce tableau, Apémantus ?
APEMANTUS. – Son plus grand mérite est d’être innocent.
TIMON. – Celui qui l’a peint n’est-il pas habile ?
APEMANTUS. – Plus habile encore est celui qui a fait le peintre ; et pourtant il a fait là un sale ouvrage.



Avant de laisser s'exprimer Timon le misanthrope :

Citation:
TIMON. – […] Fléaux contagieux à l’homme, accumulez vos plus terribles fièvres pestilentielles sur Athènes, mûre pour la ruine ! Toi, froide sciatique, estropie nos sénateurs : que leurs membres perclus clochent comme leurs mœurs ! Luxe et libertinage, infiltrez-vous dans l’esprit et jusque dans la moelle de notre jeunesse, en sorte qu’elle puisse nager contre le courant de la vertu et se noyer dans la débauche ! Gales et pustules, semez vos germes au cœur de tous les Athéniens, pour qu’ils en récoltent une lèpre universelle ! Puisse l’haleine infecter l’haleine, afin que leur société, comme leur amitié, ne soit plus que poison ! Je n’emporterai de toi que ce dénuement, ô ville détestable ! Garde-le aussi pour toi, avec mes malédictions multipliées ! … Timon s’en va dans les bois : il y trouvera la bête malfaisante plus bienfaisante que l’humanité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires