Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 11:52
Un pacte avec Dieu (1978) de Will Eisner




Résumé de Will Eisner :

Citation:
Au 55, Dropsie Avenue, dans le Bronx, à New York –non loin du métro aérien- il y avait cet immeuble. Dans ces appartements vivaient, avec leurs familles, divers petits fonctionnaires, ouvriers, commis…tous déterminés à survivre, occupés à élever leur progéniture et à rêver d’une vie meilleure. Les histoires qui suivent décrivent la vie telle qu’elle était dans ces immeubles pendant les années 30. Ces histoires sont toutes véridiques.



Recueil de différentes histoires se déroulant toutes dans le même contexte et mettant en scène des personnages issus d’une même catégorie sociale : les juifs de Brooklyn, cet ouvrage présente de gros déséquilibres.

Un pacte avec Dieu, qui donne son nom à l’ouvrage, nous parle d’un Juif qui perd la foi et tente de la retrouver après la mort de sa fille adoptive, élevée et aimée avec toute la dévotion possible.
La signification de son nom : Frimme Hersh, nous est donnée sur ActuaBD :

Citation:
Le lecteur non initié a le droit de savoir que « frimme » signifie « pieux » en yiddish et que le patronyme de Hirsch est une allusion au baron philanthrope germano-belge Maurice de Hirsch qui joua un rôle central dans le sauvetage des Juifs d’Europe à partir de 1881.


Source : link

Chanteur de Rue est une histoire plus cruelle, mettant en scène un ménestrel que la pauvreté a fait tomber dans l’alcoolisme et la violence. Les espoirs d’ascension sociale sont toujours possibles, encore faut-il savoir saisir ses opportunités…

Concierge porte bien son nom… Il nous parle du concierge de l’immeuble qui, lui non plus, n’a pas la vie facile. Solitude, violence, préjugés, causent souvent la perte d’un homme…

Cookalein, la dernière histoire de cet ouvrage, est la plus longue et la plus anecdotique. Un peu fouillis, mélangeant une foule de personnages dont on a du mal à saisir les liens, elle se déroule dans le Cookalein, un hôtel de vacances où iront se réfugier certains des habitants de l’immeuble. Entre ruses et astuces pour grimper sur l’échelle sociale, le principal objectif de ces vacances est avant tout de trouver un bon parti, quitte à renier ses véritables sentiments et sa véritable identité…

La particularité de cet ouvrage tient en ce qu’il est le premier roman graphique, comme l’explique bien Wikipédia :

Citation:
Cette bande dessinée marque une date historique dans le genre, car c'est véritablement le premier roman graphique (Graphic novel) qui, pour les américains, provoque une véritable prise de conscience des potentialités du média. Il ne s'agit plus ici de super-héros ou de contre-culture (comme en proposait l'underground des années 1960), mais d'une forme littéraire enfin arrivée à maturité.


Source : link

On trouve une analyse encore plus détaillée sur Krinein :

Citation:
Will Eisner réorganise l'espace comme aucun autre à son époque. La mise en cadre est réinventée. Le dessin se mêle au texte : les deux procédés se fondent sur les planches de l'album en une même force narrative. La typographie et l'emplacement des écritures ont leur importance dans cette fusion. Will Eisner accordait une grande importance au lettrage, il voulait que ses textes soient lus comme des images. Le texte était donc souvent au service de la narration et épousait le ton du récit. Une même importance était accordée aux contours des cases.... ou a leur absence. Il arrive souvent que les cases soient inexistantes, que les vignettes s'étalent en pleine-page.



Source : link

Et si vous souhaitez avoir un petit aperçu…


Extrait de l’histoire Un pacte avec Dieu



Extrait de l’histoire Cookalein

  •  Pogrom : Brève explosion de violence d’une communauté contre un groupe juif qui vit au milieu d’elle-même.
  •  Hassid : Celui qui met ses affaires de côté pour éclairer l’âme des juifs avec la lumière de la Torah et des mitsvots.
  • Mitsva (pluriel : mitsvot) : Commandement, prescription, précepte.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires