Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 09:23



C’est peut-être ce qu’on répète le plus souvent à propos de ce film –et c’est peut-être aussi ce qui est le plus révélateur : le refus d’Alan Moore d’apposer son nom à l’adaptation cinématographique de son œuvre. Ne serait-ce que pour comprendre cette hostilité, il faut se précipiter sur le Vendetta de James McTeigue, et l’oublier aussitôt.



James Mcteigue semble n’avoir conservé que le concept essentiel du comic original qui est celui de la vengeance. Elle perd ici toute sa complexité et ses ambivalences sont effacées au profit d’une synthèse manichéenne qui semble se moquer du spectateur. James McTeigue ne rend pas hommage à Alan Moore puisqu’il transforme son Vendetta pour faire disparaître tous les éléments qui auraient pu amener la controverse. Son unique ambition semble être celle de choquer le moins possible. Raté : il suffit d’avoir aimé la bande dessinée originale pour être horriblement affligé par cette redite amputée de charisme, de passion et de douleur. James McTeigue imaginait peut-être avoir fait preuve de charité en adoucissant la valeur des enjeux poursuivis par le Vendetta d’Alan Moore ? En réalité, il exalte la violence gratuite en lui faisant perdre toute sa signification et tout son pouvoir cathartique. Il ne reste plus qu’un objet mort-vivant qui palabre en parodiant un Shakespeare mortifié.

Partager cet article
Repost0

commentaires