Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 19:04






Mal lire les quatrièmes de couvertures peut parfois entraîner des surprises. Avec un titre énumératif comme Ecovillages, communautés et cohabitats, je pensais découvrir une liste relativement complète (l’ouvrage fait presque cinq cents pages) des regroupements humains qui ont décidé de se fonder dans l’espoir de mener une vie partagée autour d’une entente commune. Et de foncer, tête baissée, à l’affût de noms, de lieux, de projets, de visions qui sauraient me faire rêver un peu avant de repartir de plus belle dans le quotidien de mon mode de vie supra-communautaire (après tout, c’est bien cela qu’est une nation).


Mais Diana Leafe Christian ne l’entend pas ainsi… Rôdée des communautés intentionnelles puisqu’elle est la rédactrice en chef du magazine « Communities » depuis 1993 et membre de l’écovillage Earthaven en Caroline du Nord, il semblerait plutôt qu’elle cherche, par le biais de cet ouvrage, à juguler une croissance de l’engouement de la population pour ce mode d’existence. Contre l’irréalisme qui sied habituellement à ce qui reste encore largement considéré comme une utopie, Diana Leafe Christian oppose son pragmatisme et son sens des réalités. Peut-être la domination de l’économique, du politique et de l’administratif sont les premières raisons qui peuvent pousser un individu à vouloir se retirer de la communauté non-intentionnelle d’un Etat, mais l’économique, le politique et l’administratif sont des pivots majeurs de l’élaboration d’une communauté intentionnelle :



« Un vieil adage indien affirme qu’ « il faut une épine pour ôter une épine ». Aujourd’hui, il faut un budget, un plan d’affaires et une compréhension rudimentaire de l’immobilier et du financement pour pouvoir créer des modes de vie alternatifs à l’intérieur d’une société où ces outils sont nécessaires. »




En de nombreux chapitres très détaillés, l’auteure livre son expérience en matière de choix immobiliers, abordant des points aussi cruciaux que la création d’une personne morale, le choix d’un avocat, le financement autogéré, les permis de construction ou les prêts financiers. Elle aborde la loi et l’économie en nous rappelant des notions fondamentales telles que le titre de propriété, la société à responsabilité limitée, l’association de propriétaires, l’association de condominiums, et les caractéristiques particulières d’une communauté constituée en association exonérée d’impôt.


Voici pour le rébarbatif. Toutefois, ce qui constitue la motivation principale des individus désirant intégrer une communauté intentionnelle reste majoritairement la puissance de sa symbolique humaine. Autour de cette conception, les fantasmes sont souvent plus pérennes que la capacité effective des individus à vivre durablement et sereinement en communauté. Marre des hiérarchies et des systèmes de soumission/domination ? Qu’on n’aille pas s’imaginer que tout ceci disparaîtra miraculeusement une fois installé en communauté… Des figures de dirigeant émergeront d’elles-mêmes, si elles ne sont pas nécessitées par les contingences du milieu. Mais parce que cette hiérarchie s’établira dans un milieu composé d’un nombre d’individus réduit, il est possible de la rendre la plus légitime possible. Diana Leafe Christian recommande de passer par la rédaction de projets et de visions qui serviront de base stable à l’évolution des mentalités au sein de la communauté. Elle ne nie pas que les individus qui souhaitent intégrer une communauté intentionnelle ne possèdent pas des motivations et des dispositions psychologiques propres et, le reconnaissant, elle appelle à la vigilance, non pas pour stigmatiser mais pour qu’une fois les failles mises en avant, il soit plus facile pour chacun d’en éviter les pièges –car, elle le rappelle, près de 90% des communautés intentionnelles rompent avant d’avoir pris leur envol.




« Larry se souvient : « Tout à coup, nous étions 10, débordants d’enthousiasme, caressant de grands espoirs et idéaux, et traînant tous dans nos bagages nos blessures et nos carapaces. Aucun de nous n’était très outillé en termes d’expérience de vie collective. Délicatement tissée au fil des ans, la culture communautaire de Lost Valley n’a pu survivre à l’invasion. Nous avons rapidement sombré dans l’incompréhension, le ressentiment et les conflits. » »



Ne rêvons pas : les communautés intentionnelles ne sont ni plus ni moins différentes que les sociétés dans lesquelles nous avons pu vivre jusqu’à présent. Peut-être plus gérables, plus conviviales et parfois fondées sur des idéologies unificatrices, elles peuvent fournir un lieu de développement et d’épanouissement plus serein pour des individus brisés ou exténués par leur ancienne existence. Mais parce que ces communautés regroupent justement des êtres fragilisés et dégoûtés par une société qui, vaille que vaille, semble avoir fait ses preuves plus largement que 90% des communautés intentionnelles fondées à la va-vite, Diana Leafe Christian nous rappelle qu’il est important d’exercer son regard critique, même au moment crucial à partir duquel on ne souhaite plus qu’une chose : voir son fantasme d’une communauté unie se concrétiser.

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

anti snoring devices 19/05/2014 12:07

I do love reading books they are considered as one of my best hobbies which I ever have. I do love reading short stories and novels as they do convey a good moral thoughts in them. Thanks for this post

projet AVEC (Avenir Village Eco Construction) 08/06/2013 16:34

Bonjour,
Nous montons un projet d'écovillage, en Bourgogne-Auvergne.
Le projet se nome AVEC.
Nous recherchons des participants pour compléter le groupe des futurs habitants.
Nous étudions actuellement l'acquisition d'un hameau avec plusieurs bâtiments, terrains constructibles, rivières, près, forêts...
Voici l'adresse de notre site :
http://www.ecovillage-projet.fr
Pour toute précision : contact@ecovillage-projet.fr
Une rencontre aura lieu les 13 et 14 juillet.
A très bientôt,
Pour AVEC,
Jean-Christophe

Colimasson 09/06/2013 09:07



Bonjour,


Le projet m'intéresse beaucoup. Je vous contacte rapidement.


A bientôt.



zazy 10/01/2013 10:55

Je ne l'ai pas vu, mais sûrement très intéressant

zazy 09/01/2013 12:12

Si je regarde en arrière, je me dis que les leaders de mai 68 se sont beaucoup embourgeoisés voire plus. La politique fric qui a suivi et qui continue ne me plait pas du tout

Colimasson 10/01/2013 10:11



J'avais vu un documentaire pas mal à ce sujet... "Les nouveaux chiens de garde", que ça s'appelait... Ah, les grands engagements sont toujours louches ! Mieux vaut rester modeste dans ces
revendications, c'est au moins signe de réalisme ?



zazy 08/01/2013 11:08

J'comprends pas, pas eu de médaille !!!
mai 68, c'est juste que j'étais dans la bonne tranche d'âge !!! j'aurais travaillé, je n'aurais pu le faire

Colimasson 09/01/2013 09:54



petite veinarde ! enfin, je ne sais pas si tu considères a posteriori que c'était une chance... j'imagine bien que oui, un peu...