Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 09:24




Alors que Bret Easton Ellis s’attaque, dans Glamorama, aux mêmes thèmes que dans American Psycho -le règne de l’apparence, la superficialité des relations humaines, la célébrité et tout ce qu’elle a d’inhumain- le traitement n’est pas le même.

Dans American Psycho, les conséquences d’un mode de vie individualiste à l’extrême débordaient sous forme d’agressivité mais la violence restait toutefois confinée au microcosme des personnages. Dans Glamorama, la violence s’est fait terrorisme. Personne n’est épargné. De la minute à l’autre, les campus remplis d’étudiants joviaux se transforment en champ de guerre, les passagers d’un avion –mode de transport représentatif de la classe jeune et dynamique des Etats-Unis- révèlent tout ce qu’ils ont de plus larvaire, de plus méprisant, lorsqu’ils se battent contre la mort alors que leur avion s’écrase au sol.
Que ce soit dans les grandes catastrophes ou dans les évènements les plus anodins d’une vie, la menace gronde toujours…

« Je fonce au premier étage de nouveau, à une vitesse inquiétante, me débattant dans la foule, trop de gens qui passent, trop de visages indistincts, que des profils, des gens qui me tendent des fleurs, des gens en train de parler sur leur portable, tous formant une masse ivre en mouvement, et je traverse l’obscurité complètement éveillé et les gens ne font que défiler dans la pénombre, constamment en route vers autre chose. »

Il en résulte une ambiance de malaise plus diffuse que dans American Psycho. En tant que lecteur, on se sent soi-même pris au piège. Cela ressemble à une conspiration. C’est finalement très actuel…

« […] il y a des plateaux de minuscules crackers tartinés d’autruche, de l’opossum sur des brochettes en bambou, des têtes de crevettes enroulées dans de la vigne, d’énormes assiettes de tentacules disposées sur des bouquets de persil, mais je ne peux rien avaler et je suis à la recherche d’un sofa en cuir sur lequel m’effondrer parce que je suis incapable de dire si les gens ne s’intéressent vraiment à rien comme ils en ont l’air ou s’ils s’ennuient à mort tout simplement. Quoiqu’il en soit –c’est contagieux. Les gens passent leur temps à chasser les mouches quand ils ne sont pas trop occupés à murmurer ou à se cacher. Je me contente de dire « Hi ». Je suis les instructions. C’est vraiment une fête alarmante et chaque invité est un monstre. C’est aussi un miroir. »

Le dégoût de l’humanité transparaît derrière chaque page écrite par Bret Easton Ellis. Un tel mépris, une telle joie à détruire les hommes, pourraient finir par lasser. Mais ici ce n’est pas le cas. L’humanité est décrite dans son aspect le plus répugnant. Rien n’est bon à en tirer. Le nihilisme de Bret Easton Ellis est dangereusement contagieux, et les scènes d’hécatombe deviennent une victoire du bien sur le mal. Qui aurait envie de laisser vivre une humanité telle que celle décrite dans Glamorama ?

Autre particularité de Glamorama : les comportements de chacun semblent être ordonnés par un grand maître ultime. Figure divine ? Peu probable, à moins que les réalisateurs, metteurs en scène et autres techniciens du spectacle ne soient les incarnations d’une nouvelle religion polythéiste qui s’empare des hommes comme des comédiens d’un nouveau film. Leurs bouches prononcent des répliques dont ils ont à peine conscience, leurs gestes sont écrits à l’avance, rien n’est laissé au hasard. Complètement lobotomisés, les personnages agissent, courent, parlent, se déplacent, dans une absurdité d’autant plus criante qu’ils n’en comprennent pas le sens.
Là encore, le malaise s’accentue.


« Ce n’est que beaucoup plus tard que j’ai remarqué la présence de l’équipe de cinéma, y compris celle de Felix, le directeur de la photographie, bien qu’aucun d’entre eux n’ait semblé bouleversé, et puis un petit pan de brouillard a commencé à s’éloigner et j’ai compris que peut-être aucun d’entre eux ne savait rien à propos de Sam Ho et de ce qui lui était arrivé, la façon monstrueuse dont il était mort, comment sa main s’était contractée misérablement, le tatouage du mot ESCLAVE devenant flou à cause de l’intensité du tremblement de tout son corps. […]
Quelqu’un m’avait donné un autre verre de champagne et quelqu’un d’autre avait allumé ma cigarette qui pendait à mes lèvres depuis une demi-heure et je m’étais aperçu que ce que je pensais de moins en moins, c’était « Mais peut-être que c’est moi qui ai raison et eux qui ont tort » parce que j’étais docile, docile. »


Pour apprécier Glamorama, il faut apprécier le style de Bret Easton Ellis. Encore une fois, il s’agit d’un roman long, qui prend son temps pour planter le décor et pour laisser les personnages se mouvoir dans le vide sur quelques dizaines/centaines de pages.
On retrouve toujours les mêmes énumérations de noms, de prénoms, de marques, de vêtements, d’objets de décoration, passages d’une futilité d’autant plus criante qu’ils sont souvent accolés à des paragraphes d’une cruauté froide. Que l’on passe du rire jaune à la terreur la plus glaciale, le malaise ne disparaît jamais.



Une interview de Bret Easton Ellis concernant Glamoramaest lisible link

Partager cet article

Repost 0
Published by Colimasson - dans Livre
commenter cet article

commentaires

Cédric 16/10/2011 15:05


Décidément, tes critiques me plaisent, et m'interpellent.

Jusqu'au dernier paragraphe, je commençais à douter de mon jugement sur Ellis. Je ne rejette pas tout chez lui, mais il y a ce côté ridiculement poseur qui au mieux m'ennuie. Mais à te lire, j'en
reviens à me demander si sa nature véritable est celle du contempteur ou bien celle du témoin fasciné par l'abjection de son époque.

Je me suis arrêté à son 2ème livre (Les lois de l'attraction), le 3ème (Zombies ?) doit trainer quelque part, il faudrait que je remette la main dessus pour me rafraichir un peu les idées. Quant à
Glamorama, peut-être un jour, finalement...

C'est malin, je ne te remercie pas.